Avant d’arriver à Jerez, Valentino Rossi a appris que le patron de Dorna, Carmelo Ezpeleta, considérerait favorablement une demande de Valentino Rossi à inscrire un team sur la grille de départ en MotoGP. Pour tout dire, une dérogation exceptionnelle. Mais la démarche ne le serait pas moins. De quoi faire sursauter les équipes en place jalouses d’un tel traitement de faveur ? Qu’elles ne s’inquiètent pas, l’heure n’est pas encore venue…

Lors de la conférence de presse d’avant un Grand Prix d’Espagne qui promet au vu de ses enjeux, le Doctor a répondu à Carmelo Ezpeleta sur l’idée d’un team Rossi en MotoGP : « c’est sympa merci, mais pour le moment, je ne suis pas intéressé. Dans quelques années on verra. Je veux travailler sur les jeunes pilotes, en CEV, Moto3 et Moto2. Je veux continuer à courir aussi. J’ai un contrat de deux ans avec Yamaha. La saison prochaine, on discutera ensemble de quoi l’avenir sera fait ».

Et en effet, pour le moment, c’est bien au guidon de sa M1 que Vale travaille. Il était d’ailleurs au Mans pour des tests qui n’ont pas été anodins : « le matin, on a pensé que ce serait un coup pour rien, mais on a bien travaillé ». Une patience qui n’a pas été partagée, on le rappelle, par un HRC qui a plié très vite ses bagages pour rejoindre Jerez.

« On a tourné sur piste mouillée et sèche. Le nouvel enrobé est magnifique, tous les trous ont disparu et il y a bien plus d’adhérence. Michelin avait des craintes sur le fait que ça détruirait leurs pneus, mais ça ne sera pas le cas ». Des renseignements bien utiles pour le prochain Grand Prix de France !