Si l’on regarde le bon côté des choses, c’est le signe de l’entrée dans la cour des grands. Si l’on se focalise sur le résultat brut, c’est la perte des avantages accordés par le règlement. Mais le fait est là : en offrant un nouveau podium à Suzuki ce dimanche à Phillip Island, Vinales a sorti Suzuki de la liste des constructeurs jouissant de facilités de développement accordées par le législateur.

Suzuki est devenu un constructeur comme un autre depuis le dernier Grand Prix d’Australie. Entendez par là qu’il n’y aura plus pour lui de règle d’exception. Ce dernier était défini par l’article. 2.4.2.1 du règlement qui accorde des avantages à certains constructeurs s’ils remplissent notamment les conditions suivantes : faire son entrée comme nouveau constructeur depuis 2013 et ne pas avoir gagné sur le sec depuis 2013.

Ces avantages sont les suivants : neuf moteurs par saison, développement des moteurs autorisé, tests privés autorisés avec les pilotes test et contractuels, sur n’importe quel tracé, dans la limite de 120 pneus par pilotes par saison partagés avec les pilotes test. Au début de cette saison, seuls Suzuki et Aprilia disposaient d’avantages, car ce sont deux nouveaux constructeurs qui se sont inscrits au Championnat après 2013 et qui ne comptent pas de victoires sur le sec.

Le retrait de ces avantages au cours d’une saison est basé sur un système de points de concessions marqué sur le sec ou le mouillé. Si le constructeur marque 6 points de concession (3 points pour une victoire, 2 points pour une deuxième place, et 1 point pour une troisième place) la conséquence est la suivante: les tests privés ne seront plus autorisés avec effet immédiat, et des neuf moteurs et développement autorisés il n’e reste plus que sept avec un développement gelé la saison suivante.

Suzuki entre ainsi dans le club composé de Honda, Yamaha et Ducati. Dans l’autre camp, il ne reste plus que KTM et Aprilia. Cette dernière marque ne compte ni podium ni victoire pour le moment, donc elle conservera ses avantages en 2017. De même pour la première qui fera son entrée à Valencia cette saison en tant que wildcard avec Mika Kallio puis comme constructeur permanent en 2017 avec Pol Espargaro et Bradley Smith.

Suzuki a bien utilisé ses avantages pour le développement de ses moteurs. Il faudra faire maintenant comme les grands. Merci à Maverick Vinales qui en remportant des podiums a fait perdre ses avantages à Suzuki. Marque qu’il va quitter pour Yamaha.

Tous les articles sur : Maverick Vinales