L’ambiance est tendue chez Aprilia depuis le Red Bull Ring. Une rentrée de MotoGP qui s’est mal passée avec des résultats désolants alors que le communiqué d’avant la bataille nous assurait d’une RS-GP remaniée de partout pour un bon en avant en performance. Résultat ? Des qualifications anonymes, des erreurs en course et une grosse colère du patron du groupe Piaggio lui-même, Roberto Colaninno.

Chez Aprilia, le temps des encouragements pour le projet MotoGP est passé. C’est du moins ce que l’on ressent en découvrant le communiqué de presse de l’équipe de Noale en Grand Prix, bâtie autour de l’ossature Gresini. Aprilia est une marque du groupe Piaggio qui compte aussi Derbi, Gilera, Vespa, Piaggio et Moto Guzzi. Une puissance européenne qui a engagé dans ce programme entre 20 et 30 millions d’euros. Et qui aimerait bien commencer à voir un début de retour sur investissement.

Apparemment, l’escapade autrichienne était fortement attendue par les dirigeants. Pourtant, le Red Bull Ring était promis comme un calvaire pour la RS-GP qui n’avait pas brillé lors des tests préliminaires de juillet. Bautista, Lowes et Di Meglio ont eu beau tourner sans transpondeurs, certains observateurs ont assuré que la KTM RC16 était déjà aussi performante que la machine italienne.

De quoi rendre nerveux en vue de la saison 2017, voire même à l’approche de la confrontation directe attendue à Valence, dernière course de la saison ? On ne sait. Mais au terme du Grand Prix d’Autriche, c’est une volée de bois vert qui s’est abattue sur l’équipe et ses deux pilotes par ailleurs en partance. Ces derniers n’ont même pas eu droit à leur paragraphe de réactions. Seuls les patrons de Piaggio et de la compétition se sont exprimés. Sur le ton de la mobilisation générale et de l’état d’urgence :

« Aprilia avait tout ce qu’il fallait pour démontrer les progrès qui ont été réalisés avec la RS-GP en Autriche » a tonné Roberto Colaninno. « La nouvelle moto a progressé depuis la première course de cette année. Nous ne pouvons accepter qu’en raison d’erreurs humaines Aprilia n’atteint pas les résultats que la marque mérite avec cette moto. Que ce soit à cause de la gestion technique ou à cause de la manière dont la course a été gérée. Le calendrier MotoGP nous donne l’occasion de nous ressaisir dès le week-end prochain à Brno. Je fais entièrement confiance à Romano Albesiano et je crois en la nouvelle moto. Mais nous devons nous retrousser les manches et continuer chaque jour sans relâche, afin d’être toujours mieux préparés pour la prochaine course et poursuivre ainsi notre progression ».

La RS-GP n’y est donc pour rien. Ce sont ceux qui s’en occupent et qui la pilotent qui sont la cause du manque de résultat. Quant à la confiance soulignée à Romano Albesiano, elle sonne plus comme un avertissement qu’un soutien sans faille. « Personne n’est plus déçu du résultat de cette course que je le suis » a commenté le patron de la compétition. « Cette piste n’était pas à notre avantage, mais nous avions préparé la meilleure RS-GP de l’année. Notre moto a connu des améliorations tangibles que notre rythme de course et les temps au tour ont démontrées. Alvaro aurait pu facilement entrer dans le top dix, sans son problème au départ ».

« Nous ne pouvons accepter que nos pilotes soient distraits au départ. De professionnels comme Alvaro et Stefan, j‘attends la concentration et la détermination maximale, jusqu’à la fin de la saison. J’appelle à toute l’équipe à se mobiliser, nous devons travailler sans interruption pour être parfaitement préparés pour Brno. Nous pouvons y faire oublier le résultat de Spielberg. Nous devons obtenir des résultats qui correspondent à notre potentiel ».

Qualifiés seulement dix-neuvième et vingt et unième à 1s5 de la pole-position, Bautista et Bradl ont été pris dans la vague des faux départs qui a aussi touché Crutchlow, Hernandez et Barberá. On notera que ce dernier trio n’a reçu aucune récrimination de la part de leur équipe. Après avoir subi leurs pénalités, qui a été une double sanction pour Bradl qui n’a pas compris sa sanction, le duo Aprilia a fini son calvaire seizième et dix-neuvième. Pendant ce temps, Ducati réalisait le doublé sous la direction de celui qui officiait avant à la place de Romano Albesiano, un certain Gigi Dall’Igna. De quoi énerver le grand patron de Piaggio, en effet.
La fin de saison risque d’être longue chez Aprilia…

Tous les articles sur : Alvaro Bautista, Stefan Bradl