A l’issue de ce Grand Prix de Saint-Marin, les deux Yamaha Tech3 de Johann Zarco et Jonas Folger ont franchi la ligne d’arrivée respectivement 15e et 9e.

Mais si le pilote allemand n’est tombé en panne sèche que lors de son tour d’honneur avant d’être poussé jusqu’à son box par Bradley Smith, Johann Zarco a commencé à sentir son moteur s’éteindre dans le double gauche rapide. Après avoir fait le maximum de distance possible sur son élan, le pilote français n’a eu d’autre choix que de parcourir la ligne droite en poussant sa moto jusqu’à la ligne d’arrivée.

Nous avons recueilli l’explication d’Hervé Poncharal  sur cette double panne sèche…

Hervé Poncharal : « Je pense que l’on va surtout parler de Johann car c’est très fréquent que les pilotes MotoGP aient du mal à rentrer au box parce que tout le monde essaie d’optimiser au maximum dans tous les départements. Donc dans celui de l’essence aussi. Je pense qu’aujourd’hui les ingénieurs qui gèrent la consommation du week-end et qui décident de la quantité d’essence à mettre au départ se sont un peu fourvoyés. Ils ont voulu rectifier le plan initialement prévu pour le sec parce qu’aujourd’hui la course partait sur le mouillé et on sait tous que ça consomme un peu mois sur le mouillé que sur le sec. Mais là, je pense que ça a été du pinaillage pour gagner rien. Mais encore une fois, c’est typique des ingénieurs. La quantité en cause est ridicule. Alors effectivement, c’était limite, mais c’est souvent limite et, quelque part,  quand tu rentres en hoquetant, tu te dis « c’est génial, on était pile-poil et on a fini la course ». Les ingénieurs se disent donc qu’ils ont été bons.

Le problème, c’est que Johann voulait faire deux tours de reconnaissance pour être un peu plus tranquille dans sa tête par rapport au rodage de ses pneus avant de se placer sur la grille. Cela leur avait été dit expliqué et pris en compte. Avec la procédure normale, qui consiste à faire un tour de reconnaissance, le tour de chauffe et la course, ça passait, comme pour Folger. Mais Johann est tombé en panne dans le dernier quart du circuit et il a raté une 7e place acquise puisque il avait 3 secondes d’avance sur Redding. Il contrôlait l’écart depuis plus de 10 tours. Une place de 7e, vu les conditions, vu que la première Yamaha a été 4e, qu’elle n’a pas été capable de se mêler à la bagarre en tête dans les conditions de piste qu’on a eues, c’était une belle course. Ça bétonnait encore plus notre position de rookie et de meilleur indépendant, surtout que deux pilotes qui nous talonnent au championnat, Lorenzo et Crtuchlow, étaient tombés. On était donc contents de voir le drapeau et de finir la course. Et voilà !

Quand j’ai vu Johann pousser, j’ai pratiquement tout de suite compris : je ne pouvais pas imaginer qu’il tombe, même si l’inscription « crash » est apparue une fraction de seconde à l’écran. Vu l’avance qu’il avait, il n’y avait aucune raison, il fallait ramener la moto, et Johann est intelligent et savait ce qu’il était en train de faire.
J’ai fait le point avec les gens concernés et je leur ai dit ce que j’avais à leur dire. D’une manière assez brutale, vous me connaissez. Maintenant, les gens commencent à me connaître au travers des interviews sur Paddock-GP et savent que je suis un peu soupe au lait. Mais encore une fois, cela fait partie des choses que tu n’aimes pas voir mais qui peuvent arriver, qui sont arrivées, qui n’auraient pas dû arriver. Maintenant, il faut essayer de penser à demain, positiver en se disant qu’il a fait une course correcte et qu’il a appris. »

Il semble d’ailleurs le prendre avec un certain fatalisme…

« Oui, et je tiens à l’en remercier, car il y a des pilotes qui auraient eu des réactions beaucoup plus violentes et brutales, que ce soit physiquement en rentrant au box ou que ce soit vis-à-vis des médias. C’est un gentleman et encore une fois, merci à lui ! Je suis franchement désolé et je me suis excusé au nom de l’équipe, même si je ne suis pas partie prenante dans ces décisions là. Mais bien entendu, vous pouvez imaginer que j’en ai parlé avec l’usine, puisque ce sont eux qui gèrent tous ces paramètres là. »