Inauguré en mars 1999 par le Premier ministre de la Malaisie, le circuit de Sepang est situé à 85 km de Kuala Lumpur dans une plantation de palmiers de 260 hectares.

La piste a été conçue par l’architecte allemand Hermman Tilke et la première course du championnat du monde 500cc s’est tenue ici en 1999, année où ce circuit a pris la suite des pistes de Schah Alam et Johor qui avaient été utilisées pour les 8 premières éditions du GP de Malaisie.

Mesurant 5 543 mètres, cette piste est la plus longue de l’année, et c’est également l’une des plus exigeantes en matière de freinage. Sur une échelle de 1 à 5, elle est classée 5, de même que Motegi et Barcelone. Les freins y sont actionnés 37 secondes par tour, soit 30 % de la durée globale de la course.

Des 11 sections de freinage du Circuit International Sepang, seulement 2 sont considérées comme très exigeantes pour les freins, mais 4 présentent une difficulté moyennes et 5 faibles.

Le virage #1 présente le plus fort freinage, les MotoGP passant 331 km/h à 67 km/h en seulement 6 secondes. La force appliquée sur le levier de frein est de 7,7 kilos et la décélération de 1.5 g.

Le virage #15, qui vient d’être profondément modifié (voir ici en détail) vient juste après, avec une décélération de 311 km/h à 68 km/h en 5,5 secondes en appliquant une force de 7,3 kg sur le levier de frein.

brembo

Tous les articles sur :