Rossi a annoncé voici peu la prolongation de son contrat avec Yamaha pour 2019 et 2020, mais qu’adviendra-t-il ensuite de lui ? Aura-t-il encore l’envie de courir, montera-t-il sa propre équipe, ou prendra-t-il la succession de Carmelo Ezpeleta à la tête de Dorna ?

Pourquoi avoir prolongé chez Yamaha ? « Je le fais parce que je l’apprécie. Tout est connecté avec. J’aime juste conduire une moto. Conduire, gagner, ou au moins essayer, et rester compétitif. Je fais cela parce que j’aime cette vie, qui a aussi ses moments difficiles. J’en ai rêvé quand j’avais quatre ou cinq ans. Comment suis-je censé dire que j’en ai assez ? Impossible ! » a expliqué Vale à Oliver Feldtweg et Waldemar Da Rin pour Speedweek.

Valentino, vous venez d’avoir 39 ans. Après avoir signé deux autres années, cela signifie encore trois ans en MotoGP ?

« Il est tout à fait possible que ce soit physiquement exigeant pour moi, alors je vais devoir m’entraîner plus, ce que je n’ai jamais vraiment aimé. Comme travailler dans les stands, être affolé par les nombreux réglages, lutter avec les pneus et récupérer toutes les données. C’est certainement mieux parce que j’ai la chance d’être dans une équipe fantastique. Tous de vrais amis, ça rend tout plus facile. »

D’ici 2020, ça fera 25 ans de MotoGP.

« Qui aurait osé s’attendre à une telle chose au début ? Un quart de siècle. Je me souviens bien de la première année en 1996. Le PDG d’Aprilia, Ivano Beggio, m’a alors fait confiance. Je n’étais qu’un petit garçon et je n’y pensais pas beaucoup. Je n’aurais jamais imaginé ce qui s’est passé depuis. Au lieu de cela, quand j’ai signé l’avant-dernier contrat il y a deux ans, j’ai pensé que c’était peut-être la dernière fois. Immédiatement une sorte de tristesse s’est emparée de moi. »

Quand avez-vous vraiment décidé de continuer ?

« En réalité, ma tête a toujours été claire. Yamaha m’a dit en novembre, prenez autant de temps que vous voulez. Je pouvais instinctivement répondre et dire “oui”. Mais j’ai pensé, attendons l’hiver, qui est assez fastidieux avec tous les entrainements et tests dans le monde. Si tout va bien, c’est un signe. »

Voulez-vous dire que la Yamaha M1 fonctionne parfaitement après toutes les incertitudes ?

« C’est vrai. L’ensemble, donc le moteur, le cadre et l’électronique fonctionnent mieux que l’année dernière. Néanmoins, une victoire et six podiums en 2017 n’étaient pas mauvais pour un vieil homme, n’est-ce pas ? L’intention est maintenant de terminer régulièrement dans les trois premiers et de rester dans le coup jusqu’à la fin du championnat. »

Progrès, capacité compétitivité, souffrance – et cela à votre âge ?

« En ce qui concerne la détermination, je suis à la hauteur des autres. Bien sûr, le MotoGP exige de plus en plus de vous aujourd’hui. Le niveau a incroyablement augmenté. Cette année, le championnat sera probablement encore plus équilibré que jamais. Au moins dix pilotes peuvent gagner sur le papier. Márquez, Dovizioso, Viñales, Zarco, Pedrosa, Iannone, Lorenzo, Crutchlow, Petrucci, et le très recherché … »

Vous êtes obsédé par le fait de gagner votre dixième titre mondial. Le problème est que, si vous gagnez en 2018, que ferez-vous au cours des deux prochaines années ?

« Une bonne question. Commençons par gagner le dixième. Après ça ? Cela ne changera guère. J’essaierai probablement de gagner le onzième. Je continuerai et essayerai encore. »

Neuf années se sont écoulées depuis votre dernier titre en MotoGP. Pourquoi n’avez-vous pas arrêté en tant que Champion du Monde en 2009 ?

« Il est très difficile d’arrêter quand vous êtes au zénith. J’en connais quelques-uns, Schumacher, Troy Bayliss, Max Biaggi, qui, dans leurs meilleures années, ont préféré s’arrêter, puis revenir. Je le sais très bien, il leur manquait quelque chose à l’intérieur. C’est pourquoi je ne voulais pas le faire tout de suite. Je préfère tout donner et maintenant. »

Mais à un moment donné, vous avez sérieusement pensé à vous arrêter ?

« Pendant les deux années avec Ducati, et avec Marco (Simoncelli). Mais cela aurait été la mauvaise réponse. Et je pense que j’ai pris la bonne décision. »

Tant que vous participez au Championnat du Monde, vous ne possédez pas d’équipe en MotoGP. Mais il a été entendu que vous pourriez devenir le successeur du chef de Dorna, Carmelo Ezpeleta.

« Dois-je répéter encore ce qui m’intéresse le plus en ce moment ? Il est encore temps pour le reste. Je suis heureux de prendre soin de mes garçons de la VR46 Riders Academy et de les concurrencer au ranch de Tavullia. C’est aussi le secret qui m’a permis de rester jeune. »

Photos © Yamaha et Rossi perso