Voilà Jorge Lorenzo visiblement reparti pour une période d’apprentissage à la dure avec une nouvelle moto. Les mêmes causes produisent les mêmes effets avec les commentaires identiques des patrons. Si on sent chez ces derniers une certaine tolérance, on devine aussi une patience qui n‘est pas ductile. Et chez Honda, un Alberto Puig est peut-être moins tempéré qu’un Paolo Ciabatti en chemise rouge…

Treizième au Qatar après deux chutes subies lors du meeting, Por Fuera a quitté l’Argentine physiquement intact avec la douzième position. Mais aussi au terme d’une épreuve où il n’a pas été épargné par les soucis. Du mauvais bouton enclenché au départ à la protection de la poignée gauche baladeuse, sans oublier un Karel Abraham récalcitrant, le Majorquin s’est d’abord battu contre lui-même pour décrocher ce résultat tout de même synonyme de points.

Ce week-end, c’est Austin qui arrive, tracé dont se délecte son équipier Marc Márquez, mais où il ne peut revendiquer que deux podiums dans sa carrière. Il va donc falloir sans doute encore serrer les dents au quintuple Champion du Monde. Cependant, ce dernier clame à qui veut l’entendre qu’il ne faut pas grand-chose pour que son sort s’améliore de façon significative : « après la déception de l’Argentine, je suis prêt à retourner sur la piste. Les résultats ne le montrent pas, mais nous avions bien progressé la dernière fois et nous comprenons de mieux en mieux la moto ».

Il ajoute : « si l’adhérence est bonne, je me sens fort sur la Honda. L’équipe et moi avons simplement besoin de plus de temps de piste pour comprendre comment nous pouvons ressentir cette sensation forte, même avec moins d’adhérence ».

Ces deux dernières années, avec la Ducati, le pilote de 31 ans a terminé neuvième et onzième au Texas.



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team