A 48 ans, John « McPint » McGuinness attend impatiemment que sa trentième année de compétition professionnelle débute, avec cette année un accord avec Quattro Plant Kawasaki. Il a remporté 23 fois le Tourist Trophy. Sa dernière victoire sur l’Ile de Man remonte à l’an dernier, quand il gagnait en août le Classic TT sur une Paton.

La situation actuelle n’est pas plus favorable pour les courses sur route que pour celles disputées sur des circuits. D’abord parce qu’une épreuve sans spectateurs est inenvisageable, faute de pouvoir contrôler les éventuels amateurs. Ensuite parce que cela implique, pour les concurrents, des voyages et des séjours impossibles actuellement. John tourne un peu en rond.

« Pour moi, tout tourne autour de la course, car c’est à peu près tout ce que je connais. Comme Michael (Rutter), pendant des années, tout ce que nous avons fait, c’est aller courir et si nous ne faisons pas de course, nous assistons à des animations chez les concessionnaires pour discuter, des salons de la moto, toutes sortes de manifestations, mais cette année, je n’ai absolument rien fait » a expliqué le « Missile de Morecambe » à Phil Wain de bikesportnews.com.

« En plus des spectacles et des animations, les courses sur route nous permettent de gagner quelques livres maintenant, qu’il s’agisse de primes de départ ou de l’argent des prix à l’arrivée, mais je ne gagnerai pas un centime cette année.

« Ne vous méprenez pas, il y a des gens dans une situation pire que la mienne, mais il n’y a pas d’aide pour les pilotes de courses sur route cette année. Nous ne sommes qu’un numéro parmi d’autres. En fin de compte, la moto et les courses ne font partie d’aucune des décisions du gouvernement. Nous ne sommes pas un grand sport comme le football. »

« Normalement, mon agenda est bouclé pour l’année, mais ce n’est pas le cas maintenant et je ne sais pas quand les choses vont recommencer. Tout le monde travaille d’arrache-pied pour que cela se produise, évidemment, mais je pense que cela va être difficile. »

« Comment peut-on avoir huit commissaires sur un poste alors que la distance minimale entre les gens doit être respectée. Et encore, sans parler d’un paddock rempli à ras bord ! Et pas de spectateurs. La moitié de moi-même veut voir une course au Royaume-Uni, mais l’autre moitié veut juste dire “oubliez ça les gars, revenons tous l’année prochaine”. »

« Si quelqu’un agitait une baguette magique et disait que nous allons certainement courir en août, super, nous saurions tous où nous en sommes. Mais tout cela est inconnu pour le moment et nous devons être patients. Les pilotes sont réputés pour être égoïstes, alors ce n’est pas facile. »

« Cette année est un nouveau départ pour moi, même à mon âge, mais je suis chanceux car Pete, Bournemouth Kawasaki et l’équipe sont toujours avec moi et nous avons déjà parlé de 2021. J’aurai alors 49 ans, ce ne sera donc pas plus facile, mais je vais tenter ma chance de nouveau. »

Photos © PBM, Peter Faragher (wpfotos.co.uk), Honda UK