La gamme des pneumatiques Michelin de MotoGP™ a été poussée au maximum de ses performances ce weekend lors du Monster Energy Grand Prix České republiky, à Brno, sur un circuit relativement âgé offrant très peu de grip, un Grand Prix remporté par Brad Brinder (Red Bull KTM Factory Racing).

Avec des températures de piste de plus de 50°C, le niveau de grip de l’asphalte était très faible et les pilotes des trois catégories étaient à la recherche d’adhérence sur les 5,403 km du circuit. Mais les techniciens Michelin ont travaillé sans relâche avec leurs teams de MotoGP respectifs pour être sûrs de pouvoir tirer le meilleur des MICHELIN Power Slicks sur cette surface glissante.

Pour la course, tous les pilotes avaient opté pour un hard à l’avant afin d’avoir un maximum de stabilité, alors que le choix de l’arrière était partagé entre le soft et le medium. Franco Morbidelli (Petronas Yamaha SRT) a pris un excellent départ pour virer en tête au premier virage devant son équipier Fabio Quartararo (Petronas Yamaha SRT) et le reste du peloton dont le poleman Johann Zarco (Esponsorama Racing). Morbidelli a conservé l’avantage jusqu’au 13e tour où il fut doublé par Binder qui avait signé le meilleur tour en course alors qu’il revenait sur le leader. Le rookie, qui disputait seulement son troisième Grand Prix en catégorie reine, a démontré toute sa maturité et a utilisé tout le grip de ses pneus Michelin pour creuser l’écart et couper la ligne d’arrivée avec plus de cinq secondes d’avance sur Morbidelli après les 21 tours de course. Il remporte sa première victoire en MotoGP, la première d’un Sud-Africain en catégorie reine et plus important, il offre le premier succès à KTM depuis son arrivée en MotoGP. C’est le cinquième constructeur à gagner sur le sec avec Michelin depuis le retour du manufacturier de pneus français en MotoGP en 2016.

La température de piste était de 46°C au départ de la course ; une petite brise et quelques nuages avaient fait un peu redescendre le thermomètre. En raison de la pandémie du Covid-19, cette épreuve s’est également disputée à huis clos, mais le spectacle fut superbe pour les millions de téléspectateurs et d’internautes. La deuxième place de Morbidelli lui permet de remporter le classement du First Independent Rider devant Zarco, sur le podium final malgré une pénalité et un « long lap » obligatoire. Cette partie du circuit, inutilisée sauf quand les pilotes sont pénalisés, est très sale et poussiéreuse, mais Zarco avait pleinement confiance au grip des MICHELIN Power Slicks et a négocié cette portion à fond sur l’angle pour rejoindre la course à la troisième place, place qu’il possédait avant sa pénalité.

Il y eût aussi de multiples batailles passionnantes au cœur du peloton où les pilotes ont poussé leurs pneumatiques aux limites des performances pour trouver la motricité sur ce circuit resurfacé pour la dernière fois en 2008. Derrière le trio de tête, Alex Rins (Team SUZUKI ECSTAR) a terminé quatrième. Ainsi, le top-4 est composé de quatre constructeurs différents. Valentino Rossi (Monster Energy Yamaha MotoGP) a pris la cinquième place devant Miguel Oliveira (Red Bull KTM Tech 3). La septième place de Quartararo est suffisante pour le maintenir en tête du championnat Pilotes. Takaaki Nakagami (LCR Honda) a coupé la ligne en huitième position devant Jack Miller (Pramac Racing) et Aleix Espargaró (Aprilia Racing Team Gresini). Les six marques terminent donc dans le top-ten.

Michelin part directement en Autriche, sur le Red Bell Ring de Spielberg, où deux Grands Prix consécutifs sont programmés, myWorld Motorrad Grand Prix von Österreich dimanche prochain, et le BMW M Grand Prix von Styria le dimanche suivant.

Brad Binder – Red Bull KTM Factory Racing :

« C’est fantastique ! Le week-end a été un peu difficile et on a travaillé très dur sur les pneus et je suis très satisfait de leurs performances en course. Je pense que tout le monde a dû être un peu prudent au début car on savait que la fin serait difficile, mais on a fait du bon boulot. Chapeau aux hommes de Michelin qui nous ont aidé à prendre la bonne décision hier. Ca a parfaitement marché pour la course, merci. »

Piero Taramasso – Manager Deux-roues Michelin Motorsport :

« Ce fut l’un des week-ends les plus exigeant depuis le retour de Michelin en MotoGP. Le grip de l’asphalte était très faible, le revêtement est si vieux et il y a tellement de bosses qui perturbent les pilotes. Mais la construction de notre pneu avant est faite pour absorber le mieux possible les irrégularités, alors les pilotes ont eu la confiance nécessaire pour attaquer. La nouvelle construction arrière lancée cette saison avait été testée ici en 2019 et les résultats sont positifs. Mais la piste s’est tellement détériorée depuis et les températures étaient si élevées que cela n’a pas permis au pneu de performer à son plein potentiel. Les techniciens ont fait un travail remarquable ce week-end pour trouver les meilleures solutions pour tous les pilotes et tous les constructeurs. C’est lors de tels week-ends que l’on voit toute l’expérience de notre équipe et tout le travail collectif effectué pour être certains de tirer les meilleures performances du pneumatique pour chaque pilote. On savait qu’il y aura une chute de performance au fil de la course en raison du patinage des pneumatiques dû à la faible adhérence du circuit, et nous avions pu en avertir les pilotes afin qu’ils gèrent au mieux ce phénomène et cela les a aidés dans leurs prises de décision. Ce fut un week-end difficile, un week-end dont on a beaucoup appris pour avancer. Enfin, je tiens à féliciter Brad Binder et KTM qui ont décroché leur première victoire en MotoGP, et avec Michelin ! »



Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP