En cette année 2019, la Yamaha R1 chargée d’obtenir une 5e victoire consécutive à la renommée épreuve d’endurance des 8 heures de Suzuka sera décorée aux couleurs Tech21 (voir ici). Un clin d’œil au passé qui mérite un petit retour en arrière avant cette course qui se déroulera le 28 juillet…

Yamaha Japon a retracé cette aventure qui a duré plusieurs années, et nous vous en proposons notre traduction.

Accéder ici à la première partie (1985) ici

Accéder ici à la deuxième partie (1986) ici


Yamaha a remporté sa première victoire en tant qu’équipe d’usine lors de sa troisième année aux 8 Heures de Suzuka en 1987, alors que Martin Wimmer et Kevin Magee, deux membres du team Shiseido TECH21 Racing n°21, ont réalisé un retour en force lors des derniers volets de la course. Mais Tadahiko Taira, l’homme dont le nom était synonyme de “TECH21” depuis les débuts de l’équipe, n’était une fois de plus pas visible sur le podium. Une blessure malheureuse l’avait empêché de rouler et il a plutôt œuvré comme Team Manager.

En 1987, Taira était passé du Championnat du Monde 250cc à la catégorie reine 500cc et ne courait plus au Japon. Il n’était même pas à la Suzuka 200 km Endurance Race qui s’est tenue début juin en tant que sixième manche du Championnat du Japon des courses sur route, essentiellement, la manche d’échauffement pour les 8 Heures de Suzuka en juillet. Mais il y avait quelques nouveaux sujets pour faire parler les fans de course.

Yamaha avait apporté une YZF750 d’usine (0W89) avec un mono-bras oscillant pour la course des 200 km avec Kevin Magee en selle. L’Australien est parti de la pole position et a roulé dur dans la course de 34 tours de type semi-endurance, puisque comportant des arrêts ravitaillement en carburant, pour creuser l’écart avec les coureurs qui le suivaient. Il a remporté la victoire avec 38 secondes d’avance sur le deuxième, ce qui témoignait de l’intention de Yamaha de remporter les 8 Heures.

Yamaha semblait en pleine forme pour cette course emblématique, mais une semaine avant le jour de la course, la nouvelle est arrivée que Taira avait été blessé lors du GP de France. Il a essayé de participer à quelques séances d’essais le jeudi précédant la course pour tester sa forme physique, mais il a senti que son cou ne pourrait pas résister au vent et a pris la difficile décision de se retirer, choisissant plutôt de rester dans les stands en tant que directeur sportif. Pour le remplacer dans un délai extrêmement court,  Martin Wimmer, l’ancien coéquipier de Taira dans les GP 250cc avec le team Marlboro Yamaha Agostini, a été appelé et le pilote allemand a été engagé pour courir avec Magee.

Le duo s’est bien qualifié et est parti de la 4e place sur la grille. Le duo de tête composé de Wayne Gardner et Dominique Sarron, les vainqueurs de l’année précédente, a ensuite chuté avec la Honda, laissant la tête à Garry Goodfellow et Katsuro Takayoshi sur Suzuki. L’équipe de course Shiseido TECH21 #21 devait alors les rattraper. La chaleur générée par le puissant freinage de Magee a fini par gripper les étriers, ce qui a fait coller les plaquettes aux disques et coûté de précieuses secondes lors des changements de pneus, mais l’équipe a refusé d’abandonner. Alors que le soleil commençait à se coucher, l’équipe a décidé d’une stratégie risquée : en se basant sur l’écart par rapport aux leaders, au lieu de remplacer Wimmer, Magee est resté sur la moto pour des relais consécutifs sans changer les pneus.

A 45 minutes de la fin, l’écart par rapport à la tête était d’environ 20 secondes. Magee tournait environ 0,5 à 1 seconde plus vite que les leaders, mais le temps qu’il restait à l’horloge ne permettait pas de savoir si cela suffirait ou non. 10 minutes avant le drapeau, l’écart s’était réduit à une dizaine de secondes et, bien que confortablement en tête depuis très longtemps, le stand Suzuki n’exigeait pas de régularité, mais demandait à Takayoshi d’augmenter son rythme. Puis, à cinq minutes de la fin,  au 198e tour, Takayoshi est tombé alors qu’il tentait de contourner un attardé. Magee a évité l’accident et a franchi le drapeau à damier, donnant à Yamaha sa toute première victoire aux 8 Heures après un rebondissement spectaculaire lors des cinq dernières minutes.

Bien que l’équipe et les fans de Yamaha dans les tribunes se soient déchaînés pour la victoire, les plus grands applaudissements et applaudissements de la journée ont été pour Takayoshi pour son mental inébranlable lorsqu’il a franchi la ligne en 2e position après être remonté sur sa moto. Mais alors que l’équipe TECH21 a remporté sa première victoire à Suzuka avec Taira comme directeur sportif, ne pas le voir courir et monter sur le podium en tant que pilote laissait aux nombreux fans japonais le sentiment que quelque chose manquait. Et cela leur a donné d’autant plus l’envie de voir Taira brandir lui-même le trophée du vainqueur de Suzuka.

Magee a été chargé de prendre le départ de l’équipe TECH21.

Après avoir subi une blessure au GP de France une semaine auparavant, Taira a participé à l’effort en tant que team manager à Suzuka.

Né en Allemagne de l’Ouest, Wimmer a effectué des tours à un rythme régulier.

Wimmer quitte les stands après avoir remplacé Magee

Une foule immense de spectateurs bravant le soleil de plomb pour regarder la course.

Wimmer attendant dans la voie des stands avant son relais

Wimmer sur l’asphalte chaud et brûlant de Suzuka sur la YZF750

Magee pilote au soleil couchant

Après 200 tours, la Yamaha #21 a été la première à voir le drapeau à damier.

A suivre…

Source et crédit photos : © Yamaha Motor Co., Ltd.

Crédit classement : https://www.motoracing-japan.com

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :