Après que Mike ait terminé vice-Champion du Monde d’endurance avec l’équipe F.C.C. TSR Honda France lors de la saison 2018-2019 avec Freddy Foray et Josh Hook, il finissait cinquième de la Coupe du Monde MotoE cette année avec 63 points (63, son numéro de course).

Tu as lutté pour le titre en MotoE jusqu’à la dernière course à Valence, pour le compte de l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. Avec notamment la pole position et la victoire en Autriche, quel est ton bilan de ta saison ?

« Plutôt mitigé. Je pense que j’avais bien commencé le Championnat, en progressant crescendo. En fait, à Misano je me suis fait un peu piéger par un peu trop d’envie : en FP2, j’étais en train d’améliorer mon chrono quand je tombe à la fin et ne peux pas repartir. Avec le format de l’E-pole, c’est assez compliqué vu qu’on n’a qu’un seul tour chacun. J’ai essayé vraiment de me motiver pour faire un très bon tour. Mais je suis retombé pendant l’E-pole et je me suis retrouvé dernier. »

« J’ai ensuite eu un souci électrique pendant la première manche, causé par la chute, avec un capteur endommagé. Donc j’ai dû abandonner lors de la première manche, et on m’a changé la moto pour la deuxième course. Elle était assez différente, mais je n’ai pas pu m’en rendre compte car on partait directement pour la deuxième épreuve. Donc je me suis retrouvé avec des difficultés que je n’avais jamais eues depuis le début des essais. Les freins et l’accélération étaient un peu différents. J’ai réussi à finir dixième, mais ça a été une course compliquée. »

« A Valence on a pas mal galéré pendant les essais pour trouver les réglages. J’ai fini onzième de la course 1, puis sixième de la course 2 car les réglages étaient meilleurs. »

« On va dire que mon Championnat a été un peu mitigé. Sans cette erreur à Misano, j’aurais pu me battre plus pour le titre MotoE. Mais ça servira d’expérience pour la prochaine saison. »

Quel est pour toi le potentiel de la Coupe de Monde MotoE ? Comment vois-tu son avenir, et le tien ?

« Déjà en ce qui me concerne, je vais continuer avec l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. C’est très bien car j’aurai le même programme que cette année entre l’endurance et l’électrique. »

« C’est une catégorie qui ne va faire qu’évoluer. Il est sûr que ça ne remplacera pas le thermique, mais ce sera une autre Coupe, donc quelque chose de nouveau. L’année prochaine, ils vont amener une évolution au niveau des pneus et essayer d’avoir des courses un peu plus longues. »

« Donc c’est toujours bien d’être là. Moi ça m’apporte un plus pour l’endurance et je suis content de continuer cette aventure. »

En endurance, après l’abandon de la CBR1000RR-SP du team F.C.C. TSR Honda France que tu partageais avec Freddy Foray et Josh Hook lors du dernier Bol d’Or, comment envisages-tu la suite du Championnat ?

« C’est plutôt compliqué de commencer avec un abandon. On a quand même les points marqués lors des qualifications et au classement partiel de la huitième heure*. »

*13 points au total, avec la dixième place au classement provisoire du Championnat du Monde avant Sepang.

« On arrive en Malaisie sur un circuit que peu de pilotes du Championnat connaissent, donc je pense que, nous, avec notre moto identique à celle des 8H de Suzuka, on a les moyens de se battre pour la victoire. Il y aura quand même le team local avec Morbidelli, et aussi le YART, qui sont quand même de grosses écuries. Suzuki sera là également et ils feront tout pour ramener le maximum de points pour le Championnat. Nous, il va falloir qu’on marque le plus de points possibles en qualif, puis en course. »

Cette prochaine manche va avoir lieu à Sepang, où tu as couru 12 Grands Prix de Malaisie. Comment imagines-tu cette course ?

« Bien, car c’est un circuit que j’apprécie. Après, il y a des risques de pluie souvent en fin d’après-midi, donc on verra comment on va finir la course… Mais c’est une piste que j’aime bien et j’ai hâte de découvrir comment je ressentirai ma moto là-bas. »

Le circuit de Sepang est assez particulier, au niveau de son tracé comme de son climat. Penses-tu qu’il sera favorable à votre équipage, votre Honda, et vos Bridgestone ?

« Je pense qu’il le sera, parce que Honda, avec cette moto, souvent, y fait beaucoup d’essais pendant l’hiver, donc on va dire qu’on y a de bonnes références. On sait que les pneus Bridgestone résistent bien à la chaleur. Ce sont des pneus qui sont vraiment très bons à Suzuka. Les techniciens ont aussi beaucoup travaillé pour la nuit du Mans. Je pense que dans l’ensemble on a un bon package pour se battre pour la victoire. »

Est-ce que ça te fait un effet bizarre de courir une épreuve de Championnat du Monde en plein milieu du mois de décembre (le 14) ?

« Non, pas spécialement. On a une pause un peu moins longue pendant l’hiver, et on va dans un pays chaud pendant qu’il fait froid en France. Ce n’est pas désagréable ! »

Mike di Meglio (63) et Mattia Casadei (27)

Freddy Foray, Joshua Hook, Masakazu Fujii et Mike di Meglio

L’équipe F.C.C. TSR Honda France

Photos © TSR / Technical Sports Racing / Honda France, motogp.com / Dorna



Tous les articles sur les Pilotes : Mike di Meglio