Champion du Monde en 125 cm3 en 2008 avec 5 victoires, Mike mène actuellement le Championnat du Monde d’endurance avec le team FCC TSR Honda France en compagnie de ses coéquipiers Freddy Foray et Josh Hook. Il venait auparavant de remporter les 24 Heures Motos, les 8 H d’Oschersleben, les 8 H du Slovakia Ring et le Bol d’Or en 2016- 2017 avec le GMT94. Cette saison, il se lance dans la grande aventure électrique en pilotant l’Energica Ego Corsa de l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS dans la toute nouvelle Coupe du Monde MotoE.

Mike, lors de ta victoire au Bol d’Or avec FCC TSR Honda France, on a eu l’impression que les cartes étaient redistribuées cette saison (2018-2019) avec par exemple la deuxième place au Championnat de la Yamaha du Wepol Racing (ex-Penz13.com) devant des caïds comme le YART, le SERT et SRC. Ce Bol d’Or, première course de la saison EWC, indique-t-il une tendance du Championnat à venir ?

« L’équipe Wepol Racing a fait une très belle course, mais il faut tenir compte du fait que chacun des teams « factory » a eu des soucis à des moments différents de la course. Cela a ainsi permis à des équipages privés comme le leur de se retrouver sur le podium, alors qu’ils ne s’y attendaient pas vraiment car ils avaient reçu leur moto peu de temps auparavant.

« Ils ont très bien roulé et fait une belle course, mais je pense que dans des conditions normales, il y aurait quand même plusieurs teams officiels qui auraient été devant. »

Pendant plusieurs années, Honda n’a pas dominé en endurance. Le premier constructeur mondial a maintenant repris la tête. Par rapport à vos adversaires, quels sont les avantages de votre CBR1000RR SP2 ?

« J’ai essayé la nouvelle version voici peu à Okayama. Au Bol d’Or nous roulions encore avec l’ancien modèle. Je pense que la performance que nous avons réalisée avec l’ancienne moto, pour la première fois que je courrais avec eux, était déjà très bien.

« Quand j’ai constaté le potentiel de la nouvelle moto, il était quand même un step au-dessus. Lors du Bol, l’équipe n’a pas voulu prendre de risque avec le nouveau modèle sur une course de 24 heures. Pour la prochaine épreuve au Mans, nous utiliserons la nouvelle CBR1000RR SP2. »

Au début de ce mois de décembre, votre équipe a été invitée au « Honda Racing Thanks Day » au Twin Ring Motegi avec tous les champions Honda, puis à tester les 13 et 14 décembre sur le Okayama International Circuit. Vous n’êtes pas une équipe d’usine, mais on a l’impression que Honda vous soutient très efficacement. Est-ce le cas ?

« TSR a depuis longtemps un très bon rapport avec Honda. On a un solide soutien de Honda car pour les 8H de Suzuka TSR dispose d’une machine à peu près équivalente à la moto officielle.

« Ça reste un team privé mais il y a un soutien efficace de Honda derrière. J’ai pu essayer à Okayama la moto en version 8 heures, et on a pu travailler également sur la version 24 heures pour Le Mans. »

Tu vas disputer en 2019 les cinq Grands Prix de la Coupe du Monde MotoE pour l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. Pourquoi as-tu choisi ce nouveau championnat, en parallèle à l’endurance ?

« Cette équipe m’a contacté pendant la saison et présenté ce projet de moto électrique. Ça m’a vraiment tout de suite intéressé car je connais le potentiel de ce team. La moto électrique est nouvelle, mais je sais que quand cette équipe fait quelque chose, elle le fait à fond.

« J’ai demandé à Honda si je pouvais avoir la possibilité de participer à ce championnat et comme il n’y avait aucune concordance de dates, ils m’ont dit oui. Ça reste une moto et ça permet donc de travailler certaines choses qu’on ne peut pas travailler sur une course d’endurance. »

Lors des premiers tests de Jerez, tu as réalisé le meilleur temps du troisième jour et le troisième chrono au général sur les trois journées. Tout d’abord, t’es-tu fait plaisir sur cette moto ?

« Oui, j’ai pris beaucoup de plaisir dessus. Je ne m’attendais vraiment pas à ça. Tous les pilotes redoutaient quelque chose de très lourd, de compliqué, et on estimait devoir beaucoup travailler sur les réglages pour rendre le pilotage plus facile. Mais en fait pas du tout.

« On s’est retrouvés sur une moto dotée d’une très bonne base. On peut s’amuser et beaucoup pousser. C’est incroyable le niveau de grip qu’on arrive à avoir sous la pluie avec les pneus Michelin.

« J’ai terminé les tests troisième au général. On a réussi à être toujours devant avec régularité lors de chaque séance, ce qui est quelque chose de très bien. »

Maintenant que tu as une idée de la moto, de ton équipe et de tes adversaires, quels sont tes objectifs et tes espoirs en MotoE pour la saison 2019 ?

« Mon but est d’essayer de gagner le maximum de courses et si possible d’aller chercher le titre et de remporter la Coupe du Monde. Je pense qu’on a fait une bonne première séance d’essai. Après il faudra voir lors d’un test de trois jours sur le sec l’évolution de tout le monde. Il faut continuer de travailler pour être le meilleur.

« Ces courses vont être assez spéciales car très courtes, pas le type d’épreuve où il faut gérer les pneumatiques ou ce genre de chose. »

Ni même la batterie, d’ailleurs.

« On va pouvoir attaquer tout le temps. Ils ont fait en sorte que l’on n’ait pas à gérer la batterie. Ce sera celui qui arrivera à attaquer le mieux pendant toute la durée de la course qui l’emportera. »

Note : La prochaine séance d’essai consacrée à la MotoE se déroulera à Jerez du 12 au 14 mars.

Photo : L’équipe FCC TSR Honda France avec Mike di Meglio, Freddie Foray, le team manager Masakazu Fujii et Josh Hook.

Vidéo : Mike di Meglio revient sur sa 1ere course avec F.C.C. TSR Honda France

Photos : FCC TSR Honda France, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS et motogp.com / Dorna

Tous les articles sur les Pilotes : Mike di Meglio

Tous les articles sur les Teams :