Cette 4e manche du championnat du monde junior Moto3 FIM CEV à Barcelone s’est révélé intéressante dans plusieurs domaines et a engendré plusieurs interrogations. Des bonnes et, malheureusement, une très mauvaise.

Commençons par les bonnes. Tout d’abord, elle a permis de renforcer le suspense pour le titre, suite à une très belle prestation du poleman Manuel Pagliani lors des 2 courses.

Dimanche matin, le pilote du team Leopard junior se portait rapidement en tête et parvenait à gérer ses adversaires jusqu’à ce qu’une attaque portée par Jeremy Alcoba à 3 tours de l’arrivée ne se transforme en contact et ne relègue le pilote italien en 8e position.

Celui-ci parviendra toutefois à revenir comme un boulet de canon au guidon de sa Honda, et à empocher les 13 points de la 4e place.

L’après-midi, Manuel Pagliani n’aura guère la tâche plus facile puisqu’il devra lutter jusqu’à la ligne d’arrivée contre un groupe de furieux constitué de Celestino Vietti Ramus (KTM, Sky junior team VR 46), Jeremy Alcoba (Honda, Junior Team Estrella Galicia 0,0), Raul Fernandez (KTM, Angel Nieto team) et Sergio García (Honda, Junior Team Estrella Galicia 0,0).

Mais au moins, au terme de cette course interrompue par deux drapeaux rouges et fortement réduite, le pilote italien montera sur la plus haute marche du podium.

Manuel Pagliani a conséquemment réduit son retard au championnat à seulement 3 points sur le leader Raul Fernandez.

Autre point d’intérêt, la prestation effectuée ce matin par Kevin Zannoni. Qualifié en 3e ligne, celui-ci s’est brièvement mais très rapidement emparé du commandement au guidon d’une originale TM.

Le pilote italien a ensuite chuté, nous laissant sur notre faim : cette prestation foudroyante était-elle du à son talent ou à sa machine à peu près inconnue jusqu’à présent ?

La Moto3 TM avait été évoquée pour remplacer les Mahindra en championnat du monde. Cependant, pour s’opposer aux géants que sont Honda et KTM, la petite entreprise de Pesaro spécialisée dans le kart et le tout-terrain (avec en particulier Thomas Chareyre) manquait probablement d’envergure pour se lancer directement dans un tel défi et a préféré développer sa machine en championnat d’Italie puis en championnat FIM CEV sous la houlette d’Efren Vazquez. Sur la moto elle-même, nous ne savons pas grand-chose si ce n’est qu’elle est 100 % made in Italie : moteur, cadre, habillage, etc. Seules quelques photos sont disponibles sur Internet, sans aucune précision, et cela ne fait que renforcer notre intérêt…

Nous avons également remarqué la montée en puissance de l’Italien Stefano Nepa, wild card au Mugello pour le Leopard Racing mais qui court sur une KTM du NRT Junior Team en FIM CEV. Qualifié en 2e ligne et 3e ligne, celui-ci a su concrétiser en se plaçant respectivement 5e et 7e lors des 2 courses. Un nom probablement à suivre…

Enfin, et c’est là un sujet malheureusement beaucoup plus sombre, lors de la 2e course, le 2e drapeau rouge a été agité en raison d’un très grave accident survenu au jeune Andreas Perez, pilote du team Reale Avintia Racing. Celui-ci a été évacué vers un hôpital de Barcelone en hélicoptère et les nouvelles diffusées par son équipe ne sont pas bonnes du tout.
Toutes nos pensées vont vers ce jeune de 14 ans entre la vie et la mort…



Tous les articles sur les Pilotes : Manuel Pagliani

Tous les articles sur les Teams : Leopard Racing