De  / Corsedimoto.com

Dès cette saison dans le FIM EWC, un exploit comme celui réalisé par Niccolò Canepa aux 8 heures de Sepang ne sera pas reproductible. Voici pourquoi.

Vous souvenez-vous des 8 heures de Sepang FIM EWC en 2019 ? Niccolò Canepa remporte la victoire, en étant le seul pilote à prendre la piste pendant la course avec la YART Yamaha. Eh bien, à partir de cette année, selon un nouveau règlement, un tel exploit ne sera plus reproductible.

SEPANG 2019

Avant d’en expliquer les raisons, un historique de ce qui s’est passé à Sepang en décembre 2019 s’impose. Compliquée par des conditions météorologiques défavorables, avec pas moins de trois tentatives de départ distinctes, la durée réelle de la compétition a été réduite de moitié : des 8 heures prévues à (environ) 4, déduction faite des diverses interruptions. Grâce à tout cela, Niccolò Canepa a été le seul pilote à rouler sur la R1 #7 du YART, et a gagné… Seul ! Présent à la première tentative de départ (immédiatement contrariée par le déploiement du drapeau rouge en raison de l’apparition d’une pluie torrentielle), en action dans la demi-heure jouée sous Safety Car, dans la course au départ final pendant plus de 3 heures consécutives en selle. Un exploit historique, relaté en détail dans cet article… Mais non reproductible.

RÈGLEMENT 2021

L’une des nouveautés du règlement FIM EWC 2021 est la suivante : « Sauf en cas de force majeure dûment reconnue par le collège des commissaires FIM EWC, au moins un changement de coureur doit être effectué pendant la course lors d’un arrêt au stand. » Traduction : Dans toute épreuve du calendrier, qu’il s’agisse d’une course de 8, 12 ou 24 heures, chaque équipe doit effectuer au moins un changement de pilote. Évidemment, dira-t-on, cela reste une prérogative et une coutume (inévitable) dans les courses d’endurance mondiales. Cependant, ce changement réglementaire n’a été introduit que cette année, “à cause” de ce qui s’est passé à Sepang en 2019 !

SEPANG TODAY

En référence à cette course, au regard du règlement actuel, Canepa n’aurait pas pu matérialiser l’exploit “One Man Show” en endurance. À l’époque, il s’agissait d’un choix stratégique (très courageux) : le porte-drapeau italien était rapide, bien entraîné, peu enclin à faire des erreurs et connaissait les conditions de piste et la R1 n° 7. Pour cette raison, Niccolò a participé à un triple relais durant la course et, en raison des circonstances dues à l’évolution de la météo, a été le seul pilote du YART à avoir matériellement couru. Broc Parkes et Karel Hanika ont été “mis sur le banc” et sont restés dans les stands pour des raisons stratégiques et non pour cause de force majeure, comme l’exige le nouveau règlement. Aujourd’hui, dans au moins un des trois arrêts, un changement de pilote aurait été inévitable.

PRÉCISION

Ce nouveau règlement semble avoir été rédigé précisément pour empêcher la répétition des cas “Canepa-Sepang 2019”. Contrairement au WEC (Endurance Auto), il n’y a pas de nombre maximum d’heures en selle par pilote, de relais consécutifs ou autre. A tel point qu’il existe de nombreux précédents de 24 heures affrontées avec seulement 2 pilotes par équipage (sans parler des 8 heures…), ou de relais consécutifs effectués par le même coureur. Il ne reste que l’obligation de partir avec au moins 2 pilotes par équipage et, à partir de cette année, d’effectuer au moins un changement de pilote, quelle que soit l’évolution de la course. Selon les règles…

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

 





Tous les articles sur les Pilotes : Niccolò Canepa

Tous les articles sur les Teams : YART-Yamaha