Ce week-end au Mans s’annoncerait presque comme un 14 juillet avant l’heure. A tout le moins, ce Grand Prix ce France sera la fête nationale de la moto avec trois pilotes tricolores engagés dans la catégorie reine. Dont un que l’on pourrait bien retrouver sur le podium alors que les deux autres iront à la chasse aux points. Mais on aurait tort de croire que le spectacle s’arrêtera là. Deux autres compatriotes voudront aussi faire les beaux devant leur public : Fabio Quartararo et Jules Danilo !

L’un est en Moto2 et l’autre en Moto3. Et les deux arrivent pour leur rendez-vous national peut-être au meilleur moment de leur saison. En effet, la Sarthe pourrait concrétiser leur montée en puissance constatée depuis l’entame de cette campagne.

Prenez les cas de Quartararo. Septième d’entrée au Qatar, le pilote Pons avait ensuite regrette un accrochage en Argentine avant de reprendre des points à Austin avec la douzième position. A Jerez, il a connu la frustration de rester à la porte des points. Au Mans, il aura à cœur de montrer qu’il s’est bien adapté à la Moto2 : « c’est un circuit qui me plaît beaucoup et j’espère vraiment que la météo sera clémente » commente Fabio sur motogp.com.

Une remarque sur la météo qui précise la nécessité d’un roulage plus régulier sur une piste détrempée de la part du Français qui débute cette saison en Moto2. Cependant…  « Hormis la première séance d’essais libres à Jerez, je n’ai que très peu roulé sur piste mouillée au guidon d’une Moto2, donc j’appréhende légèrement. Mais je me sens bien dans ces conditions. En Espagne, j’ai su garder mon calme tout en évitant les pièges. Je suis convaincu d’avoir encore de la marge pour aller plus vite ».

Côté Danilo, il semble qu’il ait vu la lumière au bout du tunnel à Austin au guidon d’une nouvelle Honda avec laquelle il a eu d’abord maille à partir. De fait, Le Mans pourrait le voir briller de mille feux. Et pourquoi pas un coup d’éclat ? « Au Texas, nous avons mis le doigt sur une solution qui m’a permis d’être plus régulier. J’arrive maintenant à me battre pour le Top 10 » signale l’équipier de Romano Fenati sur motogp.com.

Il rappelle aussi sa vélocité mal récompensée de Jerez : « en analysant la course, il se trouve que je tournais dans les mêmes chronos que les leaders. Avec de meilleures qualifications, que j’ai finies vingt-cinquième à cause d’un mauvais choix de pneus, je suis convaincu que j’aurais pu jouer dans ce groupe de tête, comme j’avais pu le faire l’an dernier. »

L’ambition de Jules sera d’intégrer le top 10, voire même s’inviter parmi les cinq premiers. L’an dernier, il avait bien débuté sa prestation avant de jouer de malchance : « lors du précédent Grand Prix de France, j’avais été rapide dès le premier jour, mais j’avais malheureusement commis une erreur en qualifications durant lesquelles j’étais tombé lourdement. Ce fut l’une des plus grosses chutes de ma carrière, mais j’étais sur pied le lendemain pour disputer la course… Finalement Hanika était venu me percuter. »

« Cette année, il faudra être vigilant sur la météo. Nous aurons également une allocation pneumatique spéciale et le médium ne sera pas disponible. Nous avons l’habitude de l’utiliser en course ou pour aller chasser des chronos. J’espère que le nouveau revêtement pourra le compenser ».

Non, il ne faudra pas oublier Quartararo et Danilo ce week-end !



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Jules Danilo

Tous les articles sur les Teams : Pons HP 40, Snipers team