Avec 18 pilotes dans la même seconde au terme de cette première journée en Toscane, il suffit d’un rien pour briller ou, au contraire, sombrer dans les profondeurs du classement.

C’est précisément ce qui s’est passé pour Aleix Espargaró, ce matin en profitant d’une aspiration pour réaliser le 5e temps de la FP1, et cet après-midi en n’en bénéficiant pas.

Il faut dire que l’Aprilia du pilote catalan arborait aujourd’hui des ailerons doubles qui, s’ils amélioraient l’adhérence du train avant, pénalisaient la RS-GP dans la 2e plus longue ligne droite du championnat.

Massimo Rivola a également confié l’utilisation de quelques améliorations concernant la motricité et le contrôle du moteur, ce qui a peut-être été à l’origine du problème rencontré par le pilote de Noale dans la ligne droite ce matin.

En terminant 5e de la FP1 avec un chrono de 1’47.812, à seulement 25 centièmes du leader Marc Márquez, Aleix a amélioré de plus d’une demi-seconde son chrono de l’an dernier. En FP2, il a certes été plus rapide, mais seulement de 2 dixièmes, terminant en 1’47.612 à la seizième place du classement provisoire, à 0,88 centièmes de plus rapide.

Aleix Espargaró : « Ce matin, j’ai pu faire quelques bons tours. L’aspiration a aidé parce que nous savons à quel point c’est important ici au Mugello. L’après-midi, par contre, nous n’avons pas pu faire autant de progrès. Nous avons un peu de mal au milieu du virage où la moto a tendance à glisser et à perdre la trajectoire. Le nouveau carénage est certainement une amélioration. La moto est plus agile, bien qu’elle génère plus de charge aérodynamique ».

Classement FP2 Grand prix d’Italie MotoGP :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini