La sensation aurait pu être française avec Fabio Quartararo mais l’honneur national italien a été sauf avec la meilleure performance de Francesco Bagnaia. Mais dans les deux cas, c’est la relève qui fait sa révolution et qui a pris le pouvoir, ce vendredi, au Mugello. Une intéressante confrontation technique qui plus est car au missile Ducati se frotte l’agile Yamaha. Parfois, les réglages viennent de réflexions plus lointaines pour arriver à ses fins. Ainsi, Pecco avoue que son meilleur temps Toscan a été construit au Mans…

Le rookie de Pramac Ducati, Francesco Bagnaia a fait une grosse impression de dernière minute lors de la deuxième séance d’essais libres au Mugello, en réalisant le meilleur temps de la journée avec 1’46.832. Néanmoins, l’Italien reste prudent.

Francesco “Pecco” Bagnaia a manqué les points à Jerez et au Mans, mais l’équipier de Jack Miller a bien démarré le sixième week-end de course de la saison. Le pilote de 22 ans a réalisé le meilleur temps de la journée avec un chrono de 1’46.832 min. Il devance Fabio Quartararo, qui n’était que 46 millièmes plus lent, un autre débutant.

Après le travail, Bagnaia a déclaré : « ce qui est bien, c’est que je n’ai pas dû pousser trop fort pour réaliser ce résultat. Comparé aux autres week-ends de course, c’était beaucoup plus facile. Je pense que la base était déjà posée avec le bon travail au Mans. Maintenant, mon sentiment sur l’avant est juste et cela rend le travail beaucoup plus facile. Je pense que désormais je pourrai commencer le week-end beaucoup plus facilement ».

Et le vainqueur de Grand Prix à dix reprises a déclaré : « je pense que la puissance et l’énergie des spectateurs nous poussent encore plus loin. J’adore cette piste incroyablement rapide. C’est encore mieux avec la machine MotoGP ».

« Je pense que nous devons continuer à travailler dans la même direction pour retrouver ce bon sentiment demain, et je pense que nous sommes sur le point de trouver une bonne base pour que je sois cohérent à chaque session”, affirme «Pecco». “Mon objectif est de continuer dans cette voie et je veux enfin voir l’arrivée ».

Les préoccupations de certains collègues sur les nombreuses bosses du circuit amènent Bagnaia à commenter : « l’année dernière, j’étais encore en Moto2, où on ne ressent pas tellement ces bosses. Maintenant, je sens les bosses, elles sont très fortes, et dans certains endroits, tels que la sortie de l’Arrabbiata 2 ou sur les lignes droites, elles sont déjà très prononcées. Si vous ne vous attendez pas à cela, c’est un risque, car vous rebondissez sur ces bosses et ce n’est jamais bon quand vous devez freiner ».

Grand Prix d’Italie Mugello MotoGP J1 : chronos

Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac