Comme toujours, la course a le dernier mot sur le déroulement d’un week-end de MotoGP. Ainsi, après des qualifications difficiles qui lui valurent la 15e place sur la grille de départ, Aleix Espargaró a finalement pu rallier la ligne d’arrivée du Grand Prix d’Italie à la porte du Top 10 après avoir dû faire une remontée laborieuse.

Parti depuis la cinquième ligne, mais victime d’un contact avec Johann Zarco au deuxième tour, le pilote catalan s’est retrouvé dans une situation où il a dû revenir de la 18ème place. Il l’a fait, en éprouvant un bien meilleur feeling avec son Aprilia qu’il n’avait connu durant les séances d’essais, mais, malgré un rythme bien plus rapide, il a ensuite eu du mal à passer Jorge Lorenzo.

Au moment où il a réussi à doubler ce dernier, il était trop tard pour essayer d’obtenir une meilleure position qui semblait pourtant à sa portée. Au final, le pilote Aprilia termine à une honnête 11ème place, avec des sensations décidément plus positives que la veille.

Aleix Espargaró : « Je suis bien parti, mais malheureusement, au premier tour, Zarco a fait un contact assez audacieux, ce qui m’a fait perdre du temps. Il m’a heurté assez fort entre le deuxième et le troisième virage. Je pense que c’était absolument inutile, mais il a choisi cette manœuvre ».

Le plus âgé des deux frères Espargaró poursuit : « Quand je me suis remis, l’écart avec lui et Jorge Lorenzo était vraiment frustrant pour moi, car j’étais beaucoup plus rapide. Je ne pouvais pas les doubler car les KTM et les Honda accélèrent très fort cette année. Normalement, je peux doubler aux freins, mais aujourd’hui j’étais trop loin. J’étais très énervé sous mon casque et j’ai attendu qu’ils commettent une erreur. Quand Zarco s’est trompé, j’ai saisi l’occasion, mais je me suis retrouvé coincé derrière Jorge après l’avoir rattrapé d’une seconde en un demi-tour ».

Mais le natif de Granollers a eu du mal à passer le Majorquin : « Il n’était quasiment pas possible de dépasser Lorenzo. La puissance de la Honda est incroyable cette année. Chaque fois qu’il accélérait, il s’éloignait ».

Aleix Espargaró conclut, fataliste : « Je n’ai eu aucune chance de me battre avec Michele Pirro et mon frère Pol pour le top 10, même si j’avais la vitesse pour le faire. Mais pour faire cela, il faut faire mieux en qualifications. C’est vraiment dommage. Sans le contact initial, une place parmi les dix premiers aurait certainement fait partie de notre potentiel. Les conditions étaient exigeantes aujourd’hui. Il faisait très chaud et il n’y avait pas beaucoup d’adhérence et, vu notre position de départ, l’écart de 20 secondes derrière le leader est un bon résultat. Je me sentais très fort dans les derniers tours de la course. Certains pilotes ont trouvé que c’était physiquement difficile, mais pour moi ce n’était pas un problème, je me sentais bien ». 

« Je vais essayer de rester concentré. Tout a changé le dimanche, nous avons constaté à quel point Quartararo et Morbidelli étaient forts et ils ont eu des problèmes le jour de la course. Donc c’est toujours quelque chose de différent. Je pense que mon équipe est très intelligente, car la moto est toujours adaptée le jour de la course. C’est pourquoi nous sommes forts dimanche. Mais nous devons nous nous améliorer le samedi. Car qui ne se tient pas devant sur la grille paye alors un prix élevé le dimanche ».

Classement Grand Prix d’Italie MotoGP :

Crédit classement : MotoGP.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini