Peu en forme sur une Aprilia RS-GP dont il semble attendre des évolutions avant de se dépouiller dessus, blessé depuis Jerez où il a déclaré forfait avant d’abandonner prématurément pour cette raison au Mans, critiqué par son ancien manager Carlo Pernat qui le présente comme un échec personnel et finalement en froid avec son équipier Aleix Espargaró pour des critiques qui auraient été mal comprises, ce n’est rien de dire qu’Andrea Iannone n’est pas le pilote plus suivi du paddock MotoGP actuellement… Et pourtant, de ses terres du Mugello, il a tout de même ramené un point.  

Un point et c’est tout, mais c’est toujours ça pour l’équipier d’un Aleix Espargaró qui, pendant ce temps, prenait la onzième place sous le drapeau à damiers du Mugello. Qualifié carrément dernier aux côtés de la KTM Tech3 de Miguel Oliveira, c’est à ce dernier qu’il a soufflé le dernier point mis en jeu au terme de ce sixième rendez-vous de la saison. Antépénultième de son rendez-vous national, Joe le Maniac refuse de parler de débandade. Au contraire.

« Je suis assez satisfait, notamment du rythme de la première partie de la course » confirme Iannone. « Partant loin derrière, j’ai réussi à me battre et à récupérer beaucoup de terrain, même sur Aleix, qui est définitivement ma référence. Malheureusement, dans les derniers tours avec Joan Mir et Johann Zarco, nous nous sommes gênés, perdant du temps et permettant même à ceux qui étaient derrière de se rapprocher. Ce n’était évidemment pas le Mugello auquel je m’attendais, mais notre objectif est le long terme : mieux connaître la moto et la développer ».

Andrea Iannone est maintenant 20e au championnat avec sept points soit 20 de moins que son équipier.

Grand Prix d’Italie Mugello MotoGP J3 : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini