Lors du Grand Prix du Qatar, deux pilotes ont calé sur la grille juste avant de s’élancer pour le tour de chauffe: Fabio Quartararo, qualifié 5e,  et Miguel Oliveira, qualifié 17e.

Pourtant, le premier cité a dû partir de la pitlane, alors que le second a pu s’élancer du fond de grille.

Explications…

Les 2 pilotes, 2 rookies soumis à un extrême pression, ont calé sensiblement au même instant, c’est-à-dire au moment de s’élancer pour le tour de chauffe.

Cependant, dans son malheur, Miguel Oliveira a eu la chance de pouvoir avancer presque en roue libre jusqu’au passage faisant communiquer la piste et la pitlane.

La moto a donc été évacuée immédiatement et a pu être redémarrée dans la pitlane avant l’apparition du feu rouge. Le pilote Tech3 s’est donc aussitôt élancé depuis la pitlane, a rattrapé puis doublé la Safety Car qui roulait derrière les pilotes pour venir s’aligner sur la dernière position de la grille de départ. La suite, on la connaît : un premier tour d’anthologie, le mors au dents, qui l’a placé quinzième au terme de la première boucle après avoir dépassé des pointures comme Jorge Lorenzo, Johann Zarco et Andrea Iannone. Le pilote portugais s’est même permis le luxe d’atteindre provisoirement la 13e place après avoir doublé le chef de file de KTM, Pol Espargaró.

A l’inverse, après avoir calé, Fabio Quartararo, placé bien plus en avant sur la grille, a dû reculer sa moto jusqu’au passage de communication entre la piste et la pitlane, ce qui à la base, lui prenait déjà plus de temps que Miguel Oliveira. Comme on le voit sur cette capture d’écran, il n’avait même pas commencé à reculer que Miguel Oliveira était déjà dans la pitlane…

Puis, tout le monde a vu les images d’un moment mélange de fébrilité et de déception, occasionnant quelques autres secondes perdues, suffisamment pour que la Yamaha M1 ne soit pas redémarrée dans la pitlane avant l’apparition du feu rouge en interdisant la sortie.

La conséquence était alors non seulement de partir pour la course après tout le monde après avoir attendu 1’40 devant le feu rouge, mais aussi, et peut-être même surtout, de le faire avec des freins et des pneus neufs qui se sont refroidis pendant 3 minutes, pendant que tous les adversaires du Français chauffaient les leurs.

Le calage du moteur aurait donc pu avoir des conséquences bien plus graves si El Diablo ne s’était pas ressaisi et n’avait pas pris en compte tous ces paramètres pour effectuer 2 tours prudents, sans céder à la tentation de vouloir rattraper le peloton le plus vite possible. Avec des freins et des pneus froids, une chute aurait alors été possible et le paddock aurait simplement dit « erreur de débutant ».

Au contraire, le pilote Petronas a su se tempérer et effectuer un premier tour prudent puis un premier tour lancé dans le même rythme que les hommes de tête, avant de produire son effort et de réaliser le meilleur tour en course lors de sa 3e boucle. Comme quoi, malgré la déception et l’énervement inéluctable sur le moment, ces 3 minutes ont permis au rookie Français de prendre en compte tous ces éléments et d’adopter la bonne stratégie.

Tout cela est de bon augure pour le futur, même si la première occasion de rouler dans un groupe de tête compact, une entrée en matière toujours instructive, n’a pas pu être saisie…

Ci-dessous, notre traduction de l’extrait concerné du règlement.


30 secondes avant le début du tour d’échauffement : Affichage du panneau 30 secondes sur la grille.

Tous les coureurs doivent être en position sur la grille avec les moteurs en marche. L’aide des mécaniciens n’est plus permise.
Tout coureur qui est incapable de démarrer sa machine doit l’emmener dans la voie des stands, sous le contrôle des commissaires de la grille, où il peut alors faire d’autres tentatives pour la démarrer, ou changer de machine en MotoGP. Ces coureurs peuvent prendre le départ du tour de chauffe à partir de la voie des stands et partir de l’arrière de la grille de départ à condition que, dans la catégorie MotoGP uniquement,  aucune modification liée à la météo ne soit apportée concernant les pneumatiques.

Les pilotes MotoGP qui effectuent un changement de pneus en fonction de la météo (pneu pluie pour un slick ou vice versa, à l’avant ou à l’arrière ou les deux) à ce moment-là, par rapport à leurs pneumatiques à la sortie de la grille (si la même machine est utilisé pour le départ de la course) ou par rapport à leurs pneus utilisés sur leur véhicule lors de la dernière sortie pour le tour de reconnaissance (lorsqu’une autre machine est utilisée pour la course), commencera le tour d’échauffement à partir de la voie des stands, prendra sa place de qualification sur la grille et purgera un ride through durant les 5 premiers tours de course.

Tout pilote qui fait caler son moteur sur la grille ou qui a d’autres difficultés doit rester sur la moto et lever un bras. Il n’est pas permis de retarder le départ quel qu’en soit le moyen. Tenter de redémarrer la moto sur la grille n’est pas permis. Sous la supervision ou avec l’assistance d’un officiel, le pilote et la machine sortiront de la grille jusqu’à la voie des stands où les mécaniciens pourront fournir de l’aide ou, dans le cas de la catégorie MotoGP uniquement, changer de machine.

Au fur et à mesure que chaque rangée de la grille est complétée, les officiels abaisseront les panneaux, indiquant que leur rangée est complète. Les panneaux ne seront pas abaissés lorsque
un coureur de cette rangée a indiqué qu’il a fait caler sa moto ou a d’autres difficultés. Lorsque tous les panneaux ont été abaissés et que la voiture de sécurité a pris sa place, un officiel placé à l’arrière de la grille agitera un drapeau vert.
Le starter donnera alors des instructions à l’officiel placé à l’avant de la grille qui présente le drapeau rouge, pour marcher vers le côté de la piste.

Crédit photos: MotoGP.com

 


Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Miguel Oliveira

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team, Red Bull KTM Tech3