Le moins que l’on puisse dire, c’est que le comité des commissaires MotoGP de la FIM ne fait pas, ou plus, l’unanimité.

En charge d’infliger les pénalités aux pilotes des trois catégories des Grands Prix, les décisions de ces trois personnes sont actuellement de plus en plus critiquées, jusqu’à remettre en cause la compétence de leurs auteurs.

Ces auteurs, qui sont-ils ? Le document publié à l’occasion de l’affaire Zarco/Morbidelli permet de prendre connaissance de ceux qui officient sous la direction de Freddie Spencer : Bill Cumbow et Ralph Bohnhorst.

Il est loin d’être le seul mais Johann Zarco a très clairement mis en cause leurs compétences (voir ici), et il faut reconnaître que si les décisions prises correspondent certainement à un règlement tacite établi avant la saison et expliqué aux teams et aux pilotes au Qatar et à Jerez, il serait sans aucun doute bon d’y apporter un certain éclairage afin d’endiguer les voix qui s’élèvent de plus en plus fréquemment…

Ci-dessous, le texte de Paolo Simoncelli publié hier et traduit par nos soins.


« 640 km pour rentrer de Spielberg avec des milliers de pensées et de questions, me mordant la langue en essayant de ne pas dire des choses inappropriées en parlant au téléphone avec des journalistes ou des amis des courses du dimanche, que je préfère appeler “courses de Play Station”. »

« Je ne sais pas quel adjectif ou quel mot sera le plus exact pour définir les trois hommes, qui décident du destin de ces pions entre leurs mains qui ne sont plus considérés comme des pilotes. Qui doit gagner ou perdre. Qui doit fêter ou qui pleurera. Les règles concernant l’endroit et le moment où vous pouvez traverser la zone verte (qui est déjà mauvaise et doit à coup sûr être modifiée) sont toujours ajustées à leur guise entre leurs mains, annulant tout le travail effectué par toutes les équipes et tous les rêves des pilotes, qui chaque week-end se battent pour écrire leur propre nom sur la plus haute marche du podium, pour rester à jamais dans l’histoire du MotoGP. »

« Ces personnes, conscientes de leur pouvoir, masquent leur incompétence avec arrogance et superficialité, prenant même parfois des décisions inappropriées et absurdes, faussant le résultat de toutes les courses, Moto3, Moto2 et MotoGP. Et quand ils fournissent des excuses inutiles, nous aimerions tous entrer dans leur bureau pour dire “quelques trucs” ou taper sur leur table pour faire respecter notre thèse mais voici, les “règles anti-Covid-19” nous l’interdisent… »
« Je ne dirai pas “ces règles les ont sauvés” car cela aura l’air menaçant. »
« Voilà, enfin le bon mot que je cherchais, qui semble fait exactement pour eux : “Les Intouchables” ! »

« Ces gens, qui marchent fièrement, les épaules droites et la poitrine haute où l’on peut repérer la marque de la FIM, jusqu’à ce qu’ils ne nous écoutent pas, jusqu’à ce qu’ils ne changent pas les règles en les rendant plus claires et jusqu’à ce qu’ils n’aient pas un comportement plus transparent, ils ne feront qu’entraver notre travail et même avec tous les tampons négatifs, ils resteront “les infecteurs”, ceux qui ont contaminé notre incroyable sport.
Ils auront la responsabilité de compromettre notre “seule et unique” passion, le seul sport, qui dans le monde factice d’aujourd’hui, était sain et propre. »

-PaoloSic58-”



Tous les articles sur les Teams : SIC58 Squadra Corse