À l’occasion du 65e anniversaire de Yamaha, revenons sur six pilotes, qui, dans six décennies différentes, ont fait briller la marque aux diapasons. C’est Jorge Lorenzo, digne représentant de la marque durant la décennie 2010, qui clôture cette rétrospective.

Fraîchement retraité, Lorenzo n’a pas eu une carrière comme les autres. En catégorie reine, il ne connut que des résultats extrêmes. Des moments de joies intenses, des rivalités exacerbées et des séries noires épouvantables.

Dans le grand roman du MotoGP, il est l’anti-héros. Celui qui n’est pas politiquement correct, celui qui en fait parfois trop. Mais comme les super-méchants, il est entouré d’une aura, d’un voile presque légendaire. Pesant, sa présence en impose sur la grille.

Ce trait de caractère se remarque dès la victoire de ses deux titres en 250cc, en 2006 et 2007. Il célèbre ses victoires en faisant des références mythiques, aux samouraïs et aux gladiateurs. Durant toute sa carrière, ces images seront présentes. Cela n’est pas sans rappeler Valentino Rossi, qui lui aussi possédait tout un univers autour de lui; le soleil, la lune et bien d’autres éléments encore.

Jorge Lorenzo, tout de blanc vêtu, teste la Yamaha YZR-M1 fin 2007. Ses débuts en MotoGP seront fracassants, avec une pole et une deuxième place. Photo : Yamaha Community

« Vale » eut une grande influence dans le développement du personnage de « Por Fuera », mais nous aurons l’occasion d’en reparler plus tard. Ainsi, il débarque aux côtés de l’Italien en 2008, au sein de Yamaha usine. Un guidon en or qui convient parfaitement au style coulé de Lorenzo.

Ce style faisait partie de son personnage. La comparaison avec Eddie Lawson est évidente, mais appliquée aux 800cc puis aux grosses 1000cc, cela en devient plus spectaculaire. L’Espagnol ne semblait jamais forcer la moto, mais toujours l’accompagner, l’emmener de virages en virages. Cela nécessite une parfaite connaissance de la moto, mais aussi des limites de son corps. Une précision mécanique qui se traduisait dans les chronos, réguliers au possible.

En théorie, son style était imbattable. Peu d’usure des pneumatiques, quasiment jamais de chutes, principalement dû au fait qu’il passait chaque tour au même endroit de la piste, à la même vitesse, tout en affichant une constance ahurissante. Cela donna ce que les fans et les détracteurs appelèrent les “victoires à la Lorenzo”, c’est à dire cinq secondes devant le deuxième à l’arrivée.

Mais le problème, c’est que les limites de la moto et du corps humain dépendent directement des conditions extérieures. Ainsi, si le moindre grain de sable enraye la machine, les week-ends peuvent vite se transformer en cauchemar. Pour l’exemple, regardons sa carrière. Chaque fois que les conditions de pistes changent, que la moto n’est pas adaptée au circuit (comme au Sachsenring), il n’y arrive pas et semble lutter, faire tant bien que mal.

“Por Fuera” est un dur au mal. Cependant, son rapport à la peur est intéressant. Il ne s’est jamais caché avoir eu “peur”, ou trouver que la vitesse des machines était trop importante, en particulier au Mugello. Ce qui est ironique, sachant que le circuit toscan est l’un de ses préférés.

Mal. C’est un mot qui revient souvent lorsque l’on retrace la carrière du Majorquin. S’il ne tombait pas souvent, ses chutes étaient souvent spectaculaires et graves. En effet, ce type de pilote aime travailler avec l’avant de la machine, et les décrochages viennent la plupart du temps de l’arrière : les highsides.

Certains sont même absolument terrifiants, à l’image de celui subi en 2008 à Laguna Seca, ou en 2013 à Assen. Cette dernière course marque d’ailleurs un tournant dans son épopée en mondial. Ce jour là, les spectateurs ont découvert un homme dur au mal, un vrai gladiateur, un héros.

Si l’on raconte cette histoire sans images, on pourrait croire à un mythe grec. Tout y est : la symbolique, les actes héroïques, le danger et bien sûr …les adversaires légendaires.

À suivre.

Photo de couverture : Yamaha Community



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP