Corsedimoto/

Chicho Lorenzo revient sur ce qui s’est passé entre Valentino Rossi et Marc Marquez en 2015 en Malaisie : “cette stratégie s’appelle la vengeance” dit-il. Mais il revient aussi sur le départ d’Aragon en 2018 qui a terminé la bonne série de Jorge Lorenzo chez Ducati…

Chicho Lorenzo répond chaque semaine aux réponses des fans de MotoGP et cette fois le sujet est brûlant. Le père de Jorge Lorenzo revient sur ce qui s’est passé à Sepang en 2015 entre Valentino Rossi et Marc Marquez, se rangeant ouvertement du côté du champion de Tavullia. Rappelons que cette saison-là, pour remporter le titre mondial, son fils était en lice. Mais avec Aragon 2018, Jorge Lorenzo a aussi eu sa part avec Marc Marquez

L’agressivité de Marc

Tout le monde se souvient des événements de 2015 en Malaisie, avec une conférence de presse au vitriol et une issue marquée par une sanction, condamnant Valentino Rossi à la dernière ligne de la course décisive qui a suivi à Valence. Pour Chicho, l’agression de Marquez est le sommet de plusieurs épisodes plus ou moins similaires. « Marquez rompt tous les schémas de collision avec d’autres pilotes, même quand il est allé s’excuser dans le garage du rival en faisant la grimace » raconte-t-il en faisant référence à la course à Rio Hondo en 2018. « Bien qu’il n’en ait pas besoin car il s’est déjà imposé comme pilote de référence … il y a toujours un manque de respect. Pour lui, l’important est de gagner à tout prix, en utilisant aussi des trucs antisportifs si nécessaire ».

Les faits de Sepang

Le père de Jorge Lorenzo affronte durement le sextuple champion MotoGP : « Marquez montre une haine envers ses rivaux qui le conduit à des stratégies comme celle qu’il a faite avec Valentino Rossi en Malaisie 2015. Il s’est concentré exclusivement sur la destruction de la course de Valentino et les chances de remporter le titre. Cette stratégie était vraiment une revanche. » Pour appuyer sa thèse, il rappelle les temps au tour des protagonistes de ce GP.

« Dans le cas de Valentino Rossi, son tour rapide intervient au quatrième tour. Au cinquième tour, il est plus lent de 1,2 dixième, au sixième il est un peu plus rapide mais ce n’est pas son rythme normal. Et le septième, le tour de l’accident est plus lent que près de trois secondes. Ensuite, une fois que Marquez est tombé les temps de Valentino sont normaux. Marquez réalise également son meilleur tour dans le second, mais à partir de là, ses temps ne sont pas normaux … En conclusion, au lieu de faire sa course, il se consacrait à agacer Valentino ».

Le départ d’Aragon 2018

Un autre exemple auquel Chicho Lorenzo se réfère lors de l’analyse de l’agressivité de Marquez sur la piste est le GP d’Aragon en 2018. Au départ, il coupe la route de Jorge Lorenzo le forçant à tomber avec une rupture de la cheville comme conséquence. « Marquez ne s’est pas trompé, c’était une manœuvre très bien mesurée pour un pilote qui a beaucoup de précision pendant la course. Et pourquoi est-il si loin de sa ligne ? Parce qu’il veut ruiner la sortie de Lorenzo. Il l’a fait parce qu’à ce moment-là, il était le pilote qui mettait plus de pression sur lui avec les résultats ».

Lire l’article original ici



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team