De Luigi Ciamburro / Corsedimoto.com

Deuxième partie de l’entretien exclusif avec Lucio Cecchinello. Le spectacle du MotoGP, la mémoire de Carlo Ubbiali et un message à Fausto Gresini.

Dans la deuxième partie de l’interview de Lucio Cecchinello (la première partie est ICI), nous avons parlé du spectacle offert par le MotoGP et du travail que Dorna réalise. Avec une pensée particulière tournée vers le passé, avec Carlo Ubbiali, et le présent, avec Fausto Gresini. Le manager d’Imola reste hospitalisé en soins intensifs à cause de la Covid-19. Lucio et tous les fans du MotoGP lui souhaitent un prompt rétablissement.

Accédez à la première partie ici.


Compte tenu de votre expérience passée en tant que pilote et manager, que manque-t-il au MotoGP pour faire un nouveau bond en avant en termes de qualité ?
« Il n’est pas facile de répondre parce que je le vis de l’intérieur. En général, les personnes qui peuvent donner une réponse à cette question sont celles qui regardent de l’extérieur et qui sont passionnées par le sport en général. J’ai vécu toute la période de gestion de Dorna depuis 1993, j’ai vécu tout le développement du MotoGP jusqu’à aujourd’hui. À mon avis, un excellent travail a été accompli, en récompensant le sportif, l’individu, plutôt qu’en récompensant la technologie pure du constructeur. Ils ont réussi à imposer des limitations telles que le pneu unique, le nombre maximum de moteurs, la configuration du moteur lui-même, l’unité de contrôle unique, le logiciel unique. Pour récompenser l’individu, pour donner aux spectateurs un spectacle qui récompense le sportif plus que la technologie, Dorna a fait quelques actions intelligentes. Il n’y a pas une personne qui dit qu’elle s’endort en regardant les courses de MotoGP. Une constante, cependant, pour tous ceux qui regardent la F1. »

Que changeriez-vous personnellement ?
« Que pouvons-nous faire de plus ? J’aimerais voir le MotoGP sur les chaînes publiques gratuites, non seulement en Italie mais dans le monde entier. Pour l’instant, c’est un spectacle réservé à ceux qui peuvent se permettre de payer les abonnements. Ce sont ceux qui ont un certain pouvoir d’achat et qui deviennent des clients potentiels pour ceux qui vendent les motos, les vêtements et les accessoires. Si le MotoGP était accessible à tous, nous en profiterions tous. Mais il est également vrai qu’il est difficile pour les chaînes de télévision généralistes d’acheter les droits d’événements aussi importants. D’autre part, Dorna ne va pas à contre-courant, elle a suivi toutes les autres plateformes sportives. En d’autres termes, elle a suivi toutes les autres plateformes sportives en se lançant dans les chaînes de télévision payantes, parce que c’est là qu’elles peuvent tirer le meilleur parti du produit qu’elles vendent. »

En 2020, Carlo Ubbiali (9 titres mondiaux) nous a quittés. Peu de gens se souviennent de lui malgré le fait qu’il était le deuxième au plus grand nombre de championnats du monde après Agostini et Nieto. Quels souvenirs gardez-vous de son expérience en tant que consultant dans votre équipe ?
« C’était un grand personnage, sur le plan humain, émotionnel et sportif, et il a réussi à nous insuffler beaucoup d’énergie, d’entêtement et de dévouement. Il a affronté les courses de front, c’était un grand homme qui nous a beaucoup appris. D’un point de vue technique, il y a évidemment eu des générations de motos différentes, à quatre temps, avec d’autres pneus, d’autres suspensions, d’autres technologies. Nous avions d’autres machines, d’autres moyens. Quand il courait, il y avait des pilotes qui pouvaient courir toute la saison avec un seul pneu. C’était très important de l’avoir près de nous, parce que nous avons compris combien il faut se sacrifier quand on veut réaliser quelque chose. Pour cette raison, Ubbiali était un grand homme de son temps et a laissé un souvenir important. C’est dommage qu’on ne se souvienne pas assez de lui. Beaucoup de gens se souviennent de Agostini et Ángel Nieto, mais peu se souviennent de Carlo. C’est dommage qu’il soit parti comme ça… Et à cause de la Covid, nous n’avons pas pu assister à son enterrement. »

Avez-vous eu l’occasion de prendre contact avec Fausto Gresini et que souhaitez-vous lui dire en ce moment ?
« Je n’ai pas été en contact direct avec Fausto car il n’utilise son téléphone portable que de façon limitée. Je viens de m’entretenir avec Carlo Merlini, qui est son bras droit. Nous avons aussi un chat avec d’anciens pilotes comme Max Biaggi, Luca Cadalora, Loris Reggiani, Paolo Casoli et bien d’autres… Et Fausto Gresini y est aussi. Presque tous les jours, nous lui envoyons des messages d’encouragement. Il n’a jamais répondu, mais nous voyons qu’il les lit et nous continuons à lui donner toute notre énergie. Maintenant, je voudrais lui dire : « Tu as été un grand combattant, tu as gagné des batailles difficiles et je suis sûr que tu seras le meilleur dans celle-ci aussi. Dès que nous le pourrons, nous irons tous ensemble célébrer un podium. » »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Luigi Ciamburro

 

 

 

 

Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez, Takaaki Nakagami

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda