L’Italie est en première ligne dans cette guerre engagée contre cette pandémie de coronavirus et elle en paie humainement le prix fort. Son confinement général date du 10 mars. Une situation qui aura pour conséquence un impact négatif fort d’un point de vue social et économique. L’industrie du deux roues tire la sonnette d’alarme, parlant même d’un coup mortel…

Paolo Magri, président de Confindustria ANCMA (Association nationale du cycle de la moto et des accessoires) lance un appel au président italien Giuseppe Conte. L’industrie des motos et des vélos italienne risque de subir un coup fatal à cette urgence liée au coronavirus, qui passera bientôt de la santé à l’économie.

Pour comprendre l’ampleur de la catastrophe qui s’annonce, il faut rappeler que l’Italie est un leader dans la production de véhicules à deux roues. 320 000 cyclomoteurs et motos sont produits chaque année, soit 45% de la production européenne. Pour les vélos, ce sont 2 600 000 modèles, soit 18% en Europe, qui font du pays le premier exportateur en Europe. L’Italie est aussi le pays qui possède le plus grand parc de 2 roues circulant sur le continent, avec environ 8 millions d’utilisateurs.

 

 

 

Les entreprises transalpines réalisent un chiffre d’affaires de cinq milliards d’euros et emploient 60 000 personnes. « Le marché du vélo et de la moto présente des caractéristiques saisonnières. La plupart des ventes sont concentrées au printemps/été. Le lock-out des commerces coïncide, pour nous, avec le début du pic de vente. Contrairement à d’autres secteurs industriels et commerciaux, l’industrie des deux-roues ne pourra pas récupérer les volumes perdus au cours de ces mois durant la saison automne/hiver » précise justement le responsable sur Corsedimoto.

L’Italie compte 5 000 points de vente dans le secteur des deux-roues, souvent des micro-entreprises familiales. Il sera difficile de survivre à une longue période d’inactivité, même si elle se justifie par les mesures de prévention à la contagion du Covid-19. Le président de l’ANCMA rappelle également les avantages de la mobilité à deux roues : « réduction des temps de trajet, moins d’occupation de l’espace du parc public, réduction du trafic et des niveaux de pollution, faibles coûts d’utilisation. Ce sont ces valeurs qui font de cette industrie, des entrepreneurs qui la guident et des nombreux hommes et femmes qui y travaillent, une ressource indispensable pour l’avenir de notre pays. La fermeture est un coup mortel pour le secteur de la moto et du vélo » termine Paolo Magri.

 



Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini, Ducati Team