Les grandes manœuvres pour la saison 2018 battent déjà leur plein dans les coulisses des Grands Prix et le Moto2 n’échappe pas à ces spéculations. Depuis qu’il est quasiment acquis que l’actuel leader du championnat Morbidelli s’en ira en MotoGP au sein de la même structure qui l’emploie actuellement, le travail pour trouver son successeur a commencé. On discute donc beaucoup au sein du Marc VDS Racing et d’autant plus que l’on n’est pas d’accord sur le candidat à privilégier. Ainsi, Michaël Bartholemy a un faible pour Joan Mir mais l’investisseur Estrella Galicia lui rappelle qu’Aron Canet est déjà dans les murs…

Ce qui est certain, semble-t-il, c’est que la relève viendra bien du Moto3. Et non d’un concurrent déjà en Moto2. Joan Mir est âgé de 19 ans et il est l’actuel leader du classement général de la catégorie d’entrée en Grand Prix. Avec trois victoires conquises en six courses disputées, il devance l’autre prétendant Canet qui a remporté son Grand Prix d’Espagne.

Sur la situation, Michael Bartholemy explique sur Speedweek : « j’aimerais clairement avoir Mir pour 2018. Il a le potentiel, les mensurations et l’âge qui est de 19 ans. Mais notre sponsor Estrella Galicia a aussi une équipe en Moto3 dans lequel évolue Aron Canet âgé de 17 ans. Canet est donc déjà dans la place. Nous allons en parler à Barcelone et nous allons voir comment Canet évolue. Au cours des deux ou trois jours qui suivront le Grand Prix de Catalogne, nous arrêterons notre choix entre les deux. Mais j’aimerais avoir Mir ».

Voilà qui est clair. On notera que le nom de Bastianini n’est jamais avancé alors qu’il a intégré cette année le team Estrella. Mais l’Italien n’est que l’ombre de lui-même depuis l’entame de cette campagne. Et ça lui coûte cher… Quant au Marc VDS, il semble avoir repris cette saison son rythme de croisière du millésime 2014. L’équipe du brasseur belge a enregistré sa première défaite ce week-end en Italie après avoir jusque-là rafler tous les succès. En 2014, le Marc VDS avait récolté deux victoires sur dix-huit courses disputées et pas moins de vingt-quatre podiums sur quarante-huit à prendre.

Concernant l’aventure en MotoGP, le même Bartholemy espère garder Miller. Ce qui veut dire qu’avec la montée en grade de Morbidelli, et les choix qui se dessinent pour le Moto2, Tito Rabat a du souci à se faire. D’où sa belle prestation au Mugello ?



Tous les articles sur les Pilotes : Aron Canet, Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Marc VDS Racing Team