Cette saison Gilles Bigot, ancien chef d’équipe d’Álex Crivillé quand il fut Champion du Monde en 500 cm3, s’est occupé de Xavi Vierge, coéquipier du Champion du Monde Álex Márquez sur une Kalex Moto2.

Álex part rejoindre son frère Marc en MotoGP, tandis que Vierge passe chez Petronas en 2020 et que Gilles va travailler avec Sam Lowes, seizième en 2019.

Gilles, Xavi Vierge s’était classé en 2018 onzième en Moto2 avec 131 points et comme meilleur résultat la deuxième place en Argentine. En 2019, il terminait treizième avec 81 points et comme meilleur résultat la quatrième place à Sepang. C’était un recul, et pourtant l’équipe Petronas Sepang vient de l’engager en croyant en lui, avec une vue sur l’avenir en MotoGP. Qu’en penses-tu ?

« Xavi est un pilote rapide, malheureusement trop de chutes l’on pénalisé cette année, des chutes suite à des contacts (Texas, Assen, Sachsenring, Motegi), et des chutes causées par trop d’enthousiasme ou une perte de concentration (Brno, Red Bull Ring, Thaïlande, Australie) souvent lorsqu’il se trouvait dans le top 4/5/6 donc il y a du potentiel. »

« On peut supposer que la réussite d’Álex Márquez lui ait mis une certaine pression. C’est bien que Petronas lui fasse confiance. »

Toujours chez Estrella Galicia 0,0 Marc VDS, à peine Álex Márquez a-t-il été sacré Champion du Monde en Moto2 qu’il est parti retrouver son frère Marc en MotoGP. Alors qu’Álex avait encore un an de contrat (pour 2020) avec son équipe belge, son attitude n’est-elle pas un peu cavalière ?

« Pour ce que je sais, oui il avait un contrat. Après l’annonce du départ de Jorge Lorenzo tout s’est fait très rapidement. »
« Avoir une offre pour aller au HRC cela ne peut pas se refuser donc le choix était simple mais cela l’a perturbé durant le week-end du GP. Un contrat si il est bien fait a des clauses prévoyant que tout est possible. »
« Je pense que Marc van der Straten était déçu de la décision d’Álex mais il a compris aussi que c’était une opportunité unique, mais c’est vrai que ce fut une situation un peu étrange qui a laissé un gout amer. »

Tu vas officier en 2020 en tant que chef d’équipe de Sam Lowes, Anglais de 29 ans, qui a effectué 5 saisons en Moto2, terminant 4e du Championnat en 2015, remportant en Moto2 les GP d’Austin en 2015, de Jerez et d’Aragón en 2016. Cette année, il a fini deux fois cinquième. En 109 Grands Prix, il a détruit une quantité de matériel assez phénoménale. C’est comme son frère Alex en Superbike un gros attaquant. Comment vas-tu t’adapter à cette situation ?

« Ah…  Bonne question, nous en avons beaucoup discuté avec Sam qui est un garçon vraiment charmant, il est très ouvert et objectif. Il n’a pas peur de parler de ses points faibles, il veut réussir, donc la difficulté sera de gérer ses émotions et ses attentes, c’est un hyperactif et un impulsif. C’est assez similaire à son frère Alex mais cette année Alex semble avoir passé un cap donc Sam peut s’inspirer de la démarche de son jumeau. »

« Sam est un pilote qui peut aller très vite, il a de bonnes sensations et comprend bien ce que fait la moto lorsque l’atmosphère est détendue et sans trop de pression, par contre trop de précipitation et pas trop attentif à ce qu’il fait sur la moto lorsque la pression monte. »

« Dans l’équipe je travaille avec Julien Robert qui était avec Sam en 2017 donc avec l’ensemble de l’équipe nous devons essayer de trouver une manière de faire pour le garder concentré sur ce qu’il fait. »

Que va changer en 2020 le retrait de KTM de la catégorie Moto2 ?

« Le retrait de KTM c’est aussi le départ de Brad Binder. C’est certainement ça le gros changement mais Jorge Martin semble avoir du potentiel, il n’aura plus Brad comme leader. »

On sait Sam Lowes capable d’exploits, mais aussi de chutes. Quels sont tes espoirs de résultats pour la saison 2020 ?

« Et oui c’est bien là que réside le défi, moins de chutes en course, Sam doit retrouver le niveau qu’il avait en 2015, il faudra se montrer patient rester concentré, monter doucement en puissance pour retrouver la confiance et la sérénité nécessaire pour redevenir un challenger, terminer dans le top 5 au classement final en fin de saison serait une belle performance. »

 

Photos © Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS



Tous les articles sur les Pilotes : Sam Lowes

Tous les articles sur les Teams : Marc VDS Racing Team