Le jeune Rossi écrit sa propre histoire dans la petite catégorie, malgré la difficulté liée à son nom de famille, et compte sur la saison 2020 pour passer un cap en terme de résultats.

Porter le même nom que l’un des plus grands pilotes de l’Histoire, qui plus est toujours en activité, n’est pas une mince affaire, surtout quand aucun lien familial ne vous unit à lui. C’est le cas de Riccardo Rossi, jeune Italien de 18 ans arrivé l’an dernier en Championnat du monde Moto3. Mais pour lui, aucun souci puisque son aîné a tout son respect et qu’il a appris à s’en accommoder.

« Valentino est une légende. Quand j’étais petit mon idole était Casey Stoner mais je soutenais aussi Rossi et j’ai toujours suivi sa carrière. Je n’avais pas sa casquette ou ce genre de choses mais quand il gagnait j’étais content. Ce qu’il fait actuellement en Championnat du monde est incroyable », a-t-il déclaré à GPOne. « Pour moi les premières courses de cette saison, voire de la prochaine, seront extrêmement importantes. Valentino aime énormément ce sport mais il souhaite pouvoir être compétitif, pouvoir jouer devant. S’il le fait, il pourrait encore être là en 2022. »

Dans le team Gresini en 2019, l’Italien a vécu une première saison discrète durant laquelle il a beaucoup appris, sans faire de coups d’éclats. Dans les points lors de quatre des sept dernières courses de l’année, il a clairement passé un cap en fin de saison et espère poursuivre sur sa lancée cette année. Il lui faudra cependant s’adapter à la KTM de l’équipe BOE Skull Rider Facile Energy qu’il a fraîchement rejoint, une chose pas si simple que cela, comme l’a montré le premier Grand Prix de la saison, à Losail.

« Au Qatar je pense avoir eu quelques problèmes », a-t-il expliqué. « Je suis l’un des plus légers de la catégorie mais dans la ligne droite j’étais l’un des plus lents. Il faut que je comprenne encore certaines choses de la KTM, qui est une moto un peu moins facile que la Honda cette année. Elle a du mal à tourner dans les virages serrés, et en ligne droite, comme je l’ai dit, elle perd quelque chose mais c’est seulement une question de temps. De façon générale le week-end ne s’est pas mal passé et je pense que ça a été le reflet de la façon dont ma saison peut se dérouler. »

« Elle peut prendre deux directions : ou celle de la cinquième place de mes essais libres ou celles de la 24e place en course. Tout dépendra de mon approche de la saison et des réactions de la moto. C’est une saison extrêmement importante pour moi et mon avenir, je dois faire au mieux. »

Rossi espère en effet pouvoir bientôt se mêler à la lutte dans le groupe de tête afin de faire évoluer ses résultats et nettement progresser. Cependant, avec un nombre de courses réduit, il lui sera difficile de s’adapter aussi rapidement à sa nouvelle monture et de montrer son potentiel : « Notre catégorie est déjà imprévisible de base mais un championnat de ce genre la rendra encore plus imprévisible. Tout peut vraiment arriver et il pourrait y avoir des outsiders importants en lutte pour le titre. Pour le moment je vois Arenas très rapide mais Tony Arbolino et Masiá pourraient aussi être de la partie, ils ont la vitesse et le potentiel pour gagner des courses. »



Tous les articles sur les Pilotes : Riccardo Rossi

Tous les articles sur les Teams : RBA Boé Skull Rider