C’est un fait redondant qui marque à ce point la catégorie Moto3, qu’elle entache sa réputation. Un programme de Grand Prix se compose de trois catégories qui vont du Moto3 au MotoGP en passant par le Moto2. Un spectacle réussi issu d’une recette efficace si l’on en juge par l’aura croissante du paddock. Mais en Moto3, on y voit des situations agaçantes qui gâchent le sentiment général. Elles se produisent lors des qualifications dont les dernières minutes ressemblent à une compétition cycliste sur piste. L’issue en est parfois causasse quand ce n’est pas carrément ridicule, sans parler des mouvements d’humeur des pilotes. Andrea Migno, un des protagonistes de ce désastre donne son sentiment…

Andrea Migno peut être considéré comme un des vétérans du tumultueux peloton du Moto3 et il aura la joie de retrouver ses compères du team VR46 en 2020. Reste que la discipline a un problème. Ce dernier s’exacerbe lors des dernières minutes des qualifications où tout le monde attend tout le monde, cherche une roue, semblant comme oublier que le chrono peut se réaliser à la force de son seul talent.

Les organisateurs ont identifié le souci et distribuent les sanctions à tour de bras. Mais en vain ! Si bien que le classement du samedi n’est plus là que pour information, la grille de départ étant ajusté le dimanche matin après la distribution des pénalités. Andrea Migno commente franchement cette triste conjoncture : « c’est carrément une honte » avoue l’Italien sur GPone. « Et je ne suis pas à l’aise avec ça. On le voit même aussi lors du warmup. Mais comme tout le monde fait la même chose et que ceux qui le font arrivent à en tirer un bénéfice, alors on suit le mouvement. »

Celui qui fera équipe avec Celestino Vietti propose une solution : « je ne suis pas contre le concept d’une Super Pole. Au moins on verrait qui fait le meilleur temps. » Une piste à travailler mais qui s’annonce difficile à réaliser au vu du nombre des effectifs. Proposer à chaque pilote un tour seul face au chrono obligerait à un timing serré.

Andrea Migno termine en livrant son pronostic pour le MotoGP en 2020 : « j’encourage en fonction du patriotisme et de l’amitié. Avec Vale, Pecco Bagnaia et Franco Morbidelli, nous sommes amis et je les encourage donc. C’est une année importante pour les trois, j’aimerais les voir devant et je sais qu’ils peuvent le faire. Quartararo est vraiment très fort et Je pense que s’il continue dans la progression qu’il avait en 2019 il pourra jouer le championnat du monde avec Dovi et Marquez. » De belles paroles avec lesquelles on s’accorde volontiers !

 



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Migno

Tous les articles sur les Teams : SKY Racing Team VR46