Pedro Acosta s’est relevé à Austin d’un accident dans la course du Grand Prix de Amériques qui avait tous les ingrédients pour lui être fatal. Mais ce n’était visiblement pas son heure. De retour au stand avec les autres protagonistes miraculés de ce qui passe pour le moment comme étant le gros carton de l’année, que croyez-vous qu’il a fait ? A-t-il tiré la sonnette d’alarme comme Andrea Migno qui a fait comprendre que s’en était assez et qu’il en resterait là ? Voici la réponse de l’intéressé qui en dit long sur le fossé entre les générations de pilotes qui existe actuellement en course moto…

Dans ce paddock, il semble plus que jamais y avoir deux générations, deux visions du monde, de la vie et de la compétition. Il y a ceux qui ont des saisons de combats derrière eux et qui s’inquiètent sérieusement de l’évolution des mœurs dans le peloton. Et il y a les nouveaux arrivants qui n’y voient rien à redire.

Ce contraste a été saisissant après le terrible accrochage qui s’est produit après le second départ d’une course qui devait se conclure seulement cinq tours plus tard. Les fauves étaient littéralement lâchés et le scénario a ému Valentino Rossi, Andrea Dovizioso et Andrea Migno, qui ne sont pas les perdreaux de l’année. Quid de la nouvelle génération représentée par Pedro Acosta révélation de cette année et leader du championnat Moto3 ? Ses mots sont incroyables : « honnêtement, j’avais déjà changé de combinaison pour aller faire une autre course » a-t-il déclaré, et en riant qui plus est. « C’était un jour pour remettre ma combinaison. On oublie vite ça, sinon je ne serais pas allé changer de combinaison dès mon retour au stand pour voir ce qui se passait et repartir en course. Cela aurait pu être pire ».

Acosta ne se souvient pas trop de l’accident en raison de la rapidité avec laquelle tout s’est passé : « j’ai vu Alcoba faire quelque chose d’étrange avec son corps, c’était au moment où il allait tomber, mais je n’étais pas derrière Migno. J’avais Migno et un autre coureur devant moi, puis j’étais là. Avec cinq ou six motos devant vous, vous ne pouvez pas voir ce qui se passe, quand Migno a chuté, j’ai trouvé la moto tout d’un coup. Les choses arrivent ».

Pedro Acosta

Pedro Acosta : “les choses arrivent, on oublie vite ça

Le jeune espagnol relativise à ce point qu’il passe tout de suite au sujet qui le préoccupe avant tout : son championnat, et ses désormais seulement 30 points d’avance sur Foggia : « tout peut arriver. Des choses plus faciles ont été perdues, et des choses plus difficiles ont été gagnées. Nous devons croire en nous-mêmes. Je pense au championnat du monde depuis Silverstone et ça ne s’est pas très bien passé. Dès que je suis arrivé ici, Aki Ajo m’a dit que je devais faire le vide et de redevenir moi-même. C’était la meilleure course depuis l’Autriche, je pense que nous ne pouvons pas penser au championnat, parce que sinon, je ne vais pas vous dire que des erreurs stupides vont arriver, mais nous n’avons pas la même confiance ».

On rappellera qu’à la suite de l’accident d’Austin, Deniz Öncü, qui en a été identifié par les officiels comme l’élément déclencheur, a été sanctionné d’une suspension le privant des deux prochains Grands Prix, à Misano et au Portugal.

Deniz Öncü



Tous les articles sur les Pilotes : Pedro Acosta

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Ajo