Si vous pensez que Ducati est déçu de la tournure de la saison en MotoGP et que Suzuki est inquiet pour la suite des événements, ce n’est rien à côté de ce qui se passe chez un autre constructeur engagé en Grand Prix du côté du Moto3. Celui-là est l’Indien Mahindra qui avait terminé son exercice 2016 avec trois victoires et l‘ambition de faire encore mieux cette année. Mais après cinq Grands Prix c’est la pire campagne qui se profile pour le constructeur indien.

L’arrivée en grande pompe durant l’intersaison de Max Biaggi dans l’environnement Mahinda pour une écurie de Moto3 en championnat italien était l’arbre qui cachait la forêt chez le constructeur. Car l’essentiel était ailleurs : tous ses pilotes de pointe avaient quitté le navire, laissant orphelines des écuries qui n’avaient recruté que des remplaçants qui avaient d’abord beaucoup à prouver.

Malgré tout, le patron du sport de la marque Mufaddal Choonia déclarait avant le lancement des hostilités : « nous voulons gagner plus de Grands Prix cette année que lors de la saison passée ». Certes, il n’y a eu que cinq courses accomplies sur les dix-huit que compte le calendrier, mais force est de constater que la tendance n’est pas synonyme de dynamique vers le succès. C’est plutôt l’aspiration vers les abîmes. Ainsi, les plus gros points de Mahindra ont été inscrits seulement lors du dernier Grand Prix de France grâce à Jakub Kornfeil qui a arraché la onzième position.

C’est le même Kornfeil qui pointe comme meilleur pilote du blason, à la vingt-quatrième place au général. On rappellera aussi que Dorna souhaite qu’un constructeur amène sur sa grille de départ de Moto3 entre dix et douze motos. Or Mahindra n’en aligne que six. Réparties entre Peugeot, Aspar et le CIP.

De l’aveu de certains, enfin, la MGP30 n’a pas beaucoup évolué depuis 2014. Dans une année où Honda a mis à ce point les bouchées doubles qu’il mat à mal le champion en titre KTM, l’usine Mahindra semble comme prise de court et avouer ses limites. A ce rythme, c’est son programme 2018 même qui commence à vaciller. En 2016, Bagnaia pour Aspar était sorti vainqueur d’Assen et de la Malaisie tandis que McPhee avec Peugeot avait raflé la mise à Brno.

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jakub Kornfeil

Tous les articles sur les Teams : CIP-Unicom Starker, MAPFRE Team MAHINDRA, Peugeot Motocycles Saxoprint