Par Abril Gómez Casares / Motosan.es

Le pilote Moto3 Jaume Masiá a donné une interview à notre partenaire Motosan avant de commencer à préparer la saison 2021 lors de laquelle il sera un nouveau pilote Red Bull KTM Ajo.

Jaume Masiá, (31 octobre 2000, Algemesí, Valence), a terminé sa troisième saison dans la petite catégorie du MotoGP. Une saison au cours de laquelle il a fait partie de l’équipe Leopard Racing et a dû s’adapter à la Honda, après être venu d’une KTM. Pour 2021, il change d’équipe, passant de Leopard Racing à Red Bull KTM Ajo. Masià aborde la saison 2021 comme sa dernière en Moto3.


Une saison 2020 qui a débuté au Qatar, mais qui a été affectée par la Covid. Comment se sont passés les mois d’incertitude sans calendrier ?

« La vérité est que c’était très étrange, très étrange. Je me souviens que j’ai passé toute la pré-saison à m’entraîner pour le début de la saison et c’était très étrange de ne pouvoir courir que la première course au Qatar. Puis est venue la quarantaine dans laquelle j’ai continué à m’entraîner très dur, toujours en attendant des nouvelles. La vérité, c’est que nous ne savions pas si nous pourrions redémarrer parce que tout prenait beaucoup de temps. C’était assez difficile, nous avions vraiment hâte de remonter sur la moto. »

Avec le nouveau calendrier, tous les plans ont changé, comment était-ce de faire un championnat du monde si compact ?

« Pour moi, c’était très difficile, surtout parce que j’ai dû m’adapter à une nouvelle moto, et un championnat du monde dans ces conditions ne m’a pas aidé. Sur le plan mental également, comme ma saison s’est déroulée avec des bas et des hauts, il m’a été assez difficile de me remettre mentalement sur pied à la fin de la saison, car j’ai dû gérer beaucoup de stress et de pression. »

La saison 2020 avec l’équipe Leopard est passée de bas en haut. Quel serait le bilan de la saison ?

« Le bilan est positif car à la fin, je me suis senti très bien, et même assez puissant pour avoir des options pour me battre. Mais j’ai aussi terminé avec beaucoup de colère, car au début de l’année nous ne pouvions pas être au sommet et nous avons eu beaucoup de difficultés. Cela signifie qu’à la fin de la saison, nous étions sous tension, surtout pour essayer de tout faire au mieux pour récupérer tout le capital de points que nous n’avions pas marqués en début d’année. »

Ce fut votre meilleure saison en termes de points: Est-ce la saison que vous avez le plus apprécié ou celle où vous avez le plus souffert ?

« Pour être honnête, c’est la saison où j’ai le plus souffert. Plus que jamais, j’ai vu que j’avais le potentiel pour gagner des courses et les choses n’ont pas fonctionné pour moi. J’ai eu beaucoup d’accidents au début de l’année. Cette situation n’est pas facile pour un pilote. La saison a été très dure, mais en même temps, c’est celle dont j’ai le plus appris. »

La première saison chez Honda, après avoir piloté une KTM, a-t-elle été difficile à s’adapter, et cela vous a-t-il ralenti dans la lutte pour le championnat ?

« Cela a été plus difficile que prévu et cela m’a beaucoup coûté. De plus, la situation de la Covid ne m’a pas du tout aidé. Nous n’avons pas eu de pause entre les courses et il était beaucoup plus difficile d’analyser les erreurs pour savoir où s’améliorer. »

Le tournant a été la double rencontre en Aragón : Comment vous souvenez-vous de ces deux victoires, après un an sans victoire ?

« Ce moment a été une poussée d’adrénaline et de motivation. Trois ou quatre courses auparavant, nous avions déjà eu des options pour nous battre pour la victoire, mais nous n’avions pas pu les concrétiser. Pour moi, c’était la récompense de tout le travail, car nous l’avons mérité pendant longtemps. Elles sont venus consécutivement, et j’ai été très heureux ce cela. »

Vous avez également été le 100 ème pilote Honda à remporter une épreuve du championnat du monde, et le pilote ayant remporté la 800 ème victoire dans l’histoire du championnat pour Honda. Êtes-vous fier d’appartenir à ce club sélect ?

« C’est spectaculaire de faire partie de l’histoire, c’est fou. Maintenant, j’espère pouvoir continuer à écrire l’histoire. »

Le résultat ne reflète parfois pas l’effort. Dans la course de Portimão, il a fallu faire deux Long Lap pour revenir sur la tête. Comment s’est passé le weekend au Portugal ?

« Le weekend au Portugal a été compliqué. Nous avions eu beaucoup de malchance à Valence et, à Portimão, nous étions sous pression. En plus de cela, nous avons été informés vendredi que j’avais une pénalité, il n’était donc pas facile pour moi de rester concentré mentalement. En outre, la sanction était, à mon avis, excessive. Cela signifie qu’un pilote qui est là pour gagner doit prendre plus de risques. A la fin, j’ai fait une erreur, mais nous avons eu l’occasion de montrer que j’étais un adversaire fort. »

Pour 2021, vous changez d’équipe, mais quelles leçons tirez-vous de l’année avec l’équipe de Christian Lundberg ?

« Avec Leopard, nous avons construit une très bonne relation avec l’équipe, et j’emporte avec moi de très belles amitiés. Sur le plan sportif, c’est avec eux que j’ai ressenti la puissance d’une équipe, d’une équipe gagnante. Et savoir gérer tout cela m’a beaucoup fait apprendre. »

Qu’attendez-vous de votre quatrième saison en Moto3 ?

« C’est ma quatrième saison, donc j’espère évidemment pouvoir me battre pour le championnat du monde Moto3. Dès le premier jour où j’ai essayé la moto, je me suis senti très à l’aise. Maintenant, je me prépare pour la pré-saison et j’ai vraiment hâte d’être à la saison. »

On pourrait dire qu’en 2021, vous rentrez chez vous avec votre retour chez KTM. Est-ce que ce sera l’année de votre titre en Moto3 ?

« Je l’espère, nous travaillons chaque jour pour atteindre cet objectif. Nous sommes impactés par de nombreux facteurs qui ne dépendent pas de nous, et le coureur le plus rapide ne gagne pas toujours, donc nous devrons très bien gérer les courses. »

Le marché des transferts commence de plus en plus tôt : Avez-vous l’intention de passer en Moto2 en 2022 ?

« Oui, mon objectif est évidemment de passer au Moto2 en 2022. Donc 2021 sera ma dernière saison en Moto3. J’espère pouvoir en profiter autant que possible et j’espère pouvoir me battre avec force si les résultats nous accompagnent. »

Lire l’article original sur Motosan.es

Abril Gómez Casares

2020 Leopard Racing 15 Portimao GP during the 2020 Season of World Motorcycle Championship 2020 race 15 GP of Portugal in Autodromo de Algarve in Portimão Portugal © 2020 mirco lazzari [email protected]

MotoGP.com

2020 Leopard Racing during the 2020 Season of World Motorcycle Championship 2020 race 12 GP of Teruel – Aragón 2 in Motorland de Aragón, Alcaniz Spain © 2020 mirco lazzari [email protected]



Tous les articles sur les Pilotes : Jaume Masia

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Ajo