De Luigi Ciamburro / Corsedimoto.com

Entretien exclusif avec Tony Arbolino, le pilote de l’équipe Snipers Team qui a remporté sa première victoire au Mugello. L’importance de l’entraînement avec Jorge Lorenzo, la comparaison avec Fenati et les rêves futurs.

Le Mugello a offert deux belles «premières fois» à deux pilotes italiens. Danilo Petrucci n’a pas seulement réalisé le rêve d’une vie devant le public italien. Même Tony Arbolino , dans sa troisième saison en Moto3, est monté pour la première fois sur la première marche du podium, après avoir terminé troisième à Rio Hondo il y a quelques semaines. Sixième du classement avec 51 points, à 32 unités du leader provisoire, le pilote du Snipers Team, âgé de 18 ans, ne veut toujours pas penser au titre mondial ni à une éventuelle promotion dans la classe intermédiaire. La route est très longue devant lui, mais le sentiment est que Tony Arbolino va bientôt faire reparler de lui. A ses côtés, le multiple champion Jorge Lorenzo, qui a accueilli avec sympathie le jeune Milanais qui a déménagé à Lugano il y a quelques mois.

Pole position effleurée au Mans et atteinte sur le Mugello. Est-ce que le feeling sur la Honda s’est amélioré au cours du dernier mois ?

Première victoire en Italie, l’auriez-vous jamais imaginée ? Et quelles ont été les sensations sur le podium alors que l’hymne de Mameli retentissait?

« Je l’avais imaginé, j’y ai beaucoup pensé et après quelques courses, cela devait arriver tôt ou tard. La vérité est que nous l’avons fait et que nous avons réussi en Italie, devant tous les fans. C’était incroyable. Nous avons encore un long chemin à parcourir, nous avons gagné une bataille mais pas la guerre ».

Cinquième au début du dernier tour, vous avez maîtrisé le freinage de San Donato. Quand avez-vous vraiment commencé à croire en la victoire ? 

« Au début du dernier tour, j’ai eu tort de prendre l’aspiration, j’étais trop près du deuxième et du troisième. J’ai pu m’enfuir rapidement, même si j’ai eu du mal à m’en sortir, mais ils m’ont dépassé deux ou trois fois. J’ai essayé de garder l’extérieur, de ne pas abandonner, de ne pas me laisser passer et j’ai fermé toutes les portes. Je suis arrivé deuxième au dernier virage, comme je le voulais. J’ai fait ce que j’avais prévu parce que je savais que ce serait le coup gagnant ».

En 2019, premier podium et premier succès. Qu’attendez-vous de la Catalogne et pour le reste du Championnat du Monde ?

« Le premier podium en MotoGP en Argentine, et même ce moment, cela a été incroyable! En Catalogne, je compte continuer comme je le fais maintenant et les choses vont certainement réussir. Nous ne devons pas en faire trop, mais prendre autant de points que possible ».

Ces jours-ci, on parle beaucoup de Jorge Lorenzo. Quel type de relation avez-vous établi avec lui à Lugano ? Vous arrive-t-il de s’entraîner ensemble ?

« On se parle beaucoup. Je m’entraîne souvent avec lui et le simple fait de le regarder a un impact important. Il m’a donné cette chance et j’essaie de l’utiliser à cent pour cent ».

Quel est le pourcentage de mérite de Jorge Lorenzo dans cette victoire ?

« Certainement un bon pourcentage. Jorge, au cours de l’hiver, m’a offert son entraîneur sportif, Ivan, qui a complètement changé mon mental, tout en me préparant physiquement. Je dois beaucoup aux deux ».

Après six courses, vous attendiez-vous à être bien en avance sur le classement par rapport à Fenati ? Maintenant, tu lui donnes des conseils ?

« Je ne m’attendais pas à être aussi loin devant lui, mais ce n’est toujours rien. Parfois, il arrive qu’on se confronte, mais je ne lui donne pas de conseil. Romano a une grande expérience, il réussira bientôt et ce serait bien de pouvoir se battre ensemble pour la victoire ».

Croyez-vous en la victoire pour le titre 2019 ? Vous sentiriez-vous prêt pour le saut en Moto2 ?

« Je ne pense toujours pas au Championnat du Monde ni au Moto2. Je pense à faire les courses de la meilleure façon possible, gagner et gagner des podiums, ce qui est le plus important. Je ne ressens aucune pression parce que je travaille et que je fais de mon mieux. L’avenir se dessinera, mais dans bien plus longtemps ».

Lire l’article original sur Corsedimoto.com


Tous les articles sur les Pilotes : Tony Arbolino

Tous les articles sur les Teams : Snipers team