Bien sûr, il y a LE Bagnaia, Francesco de son prénom, pilote officiel Ducati qui, jusqu’à ce Grand Prix d’Italie sur le circuit du Mugello, occupait la deuxième place du championnat du monde MotoGP, tout juste un point derrière Fabio Quartararo.

Et puis, ce rendez-vous en Toscane nous a permis de découvrir « l’autre » Bagnaia, Pietro de son prénom, père du premier et team manager de la structure Moto3 Team Bardahl VR46 Riders Academy qui faisait son apparition en Mondial grâce à une double wildcard pour Elia Bertolini et Alberto Surra qui officient habituellement en Championnat d’Italie de Vitesse (CIV).

Le Mugello constituait donc un rendez-vous familial que Pecco Bagnaia a ainsi commenté : « Je suis très heureux pour lui ! Je pense qu’il a appris beaucoup de choses en me suivant lors de mon parcours pour arriver en championnat du monde. Il a appris beaucoup de choses en championnat d’Espagne et je lui ai dit qu’il avait été super avec les jeunes qui essayaient de commencer leur carrière avec les Pocket bikes. Il a commencé il y a cinq ou six ans avec de jeunes pilotes en MiniGP et il a fait un très bon travail. Je suis très heureux pour lui de le voir mais je le sens très nerveux. C’est quelque chose de super, pour lui, pour moi et pour la famille, et c’est bien de voir qu’il a commencé avec moi et qu’il est maintenant un team manager en Championnat d’Italie de Vitesse faisant sa première wildcard ici. Nous devons également remercier Vale pour lui en avoir donné la possibilité. »

Pietro Bagnaia : « Nous sommes enthousiastes à l’idée de participer à notre première course au plus haut niveau de la catégorie Moto3. Le Mugello est un circuit que nous connaissons bien, où s’est déroulé le premier weekend du championnat CIV, ce qui nous permet d’aborder le GP d’Italie avec une bonne base de travail. L’équipe et les pilotes sont très motivés et prêts à saisir cette merveilleuse opportunité de la meilleure façon possible. »

Question résultats, le nerveux team manager n’a pas démérité puisque, profitant de réglages déjà dégrossis lors de la première manche du CIV, Elia Bertolini et Alberto Surra apparaissaient en 19e et 23e positions au terme de la journée d’essais libres, avant de se qualifier dans l’ordre exactement inverse, 23e et 19e.
Quand on connaît le niveau qui règne en championnat du monde Moto3, il n’y a pas là de quoi rougir pour des wildcards, d’autant que Alberto Surra en particulier a montré n’avoir aucun complexe par rapport à ses aînés dans le combat au corps à corps !

 

 

Pietro Bagnaia : « Notre première séance de qualification pour le Championnat du Monde et nous nous sommes vraiment bien débrouillés. Alberto et Elia se sont améliorés séance après séance et ont réalisé de très bons temps. Nous avons été très proches d’accéder à la Q2 avec Alberto, alors qu’Elia a été un peu ralenti par le trafic. Mais nous savons combien les qualifications sont compliquées en Moto3. Pour moi, c’est une grande émotion de voir notre équipe dans le championnat du monde et je pense que nous pouvons faire une bonne course demain. »

 

 

En course, Alberto Surra devait d’ailleurs renoncer dès le premier tour après s’être fait percuter par l’arrière par la Husqvarna d’Adrián Fernández (Sterilgarda Max Racing Team), tandis qu’Elia Bertolini franchissait la ligne d’arrivée 20e, à 40 secondes du vainqueur Dennis Foggia (Leopard Racing).

Une première expérience forcément ternie par le deuil qui a marqué ce weekend en Italie, mais qui nous donne envie de revoir les belles KTM jaunes et noires lors, peut-être, d’un Grand Prix de Saint-Marin cette fois réellement à domicile pour la VR46…

Pietro Bagnaia : « Un dimanche triste pour tout le monde. Quand des choses comme ça arrivent, tout le reste prend un sens différent. Moi, ainsi que toute l’équipe, souhaitons présenter nos plus sincères condoléances à la famille de Jason. »

 

 

Classement du Grand Prix d’Italie Moto3 au Mugello :

Crédit Classement : Motogp.com