Paolo Simoncelli a pris quelques jours pour publier son traditionnel compte-rendu de course. Un premier weekend 2021 mouvementé que l’italien nous dépeint avec son toucher habituel.


Il y a un an, à cette époque, les gens chantaient sur leur balcon, nous écrivions #EverythingIsGonnaBeAlright et nous pensions que cela ne durerait pas très longtemps. Et maintenant, après une année qui nous a semblé une vie, nous vacillons toujours entre les zones rouges et orange foncées et nous, ceux autorisés à voyager qui avons la chance de continuer notre vie en vivant notre passion, nous avons le devoir moral d’envoyer ces émotions dans vos maisons et de vous faire vivre des dimanches émotionnels et fous. Pour vous redonner ne serait-ce qu’un peu de normalité, nous ferons tout notre possible pour que les orateurs disent “standing ovation pour ce formidable podium“.

Nous sommes partis au Qatar sans notre pilote le plus expérimenté, un peu dépités, mais avec un grand espoir pour le résultat de Tatsuki (Suzuki) le lundi suivant, qui était notre dernière chance de l’avoir sur la grille de la première course. Heureusement, tout s’est parfaitement déroulé, Tatsuki est devenu négatif et le mercredi, il s’envolait déjà pour Doha. Le dimanche, la grille de départ était exactement l’inverse de celle de 2020, où Tatsuki était parti de la pole.
Il est arrivé au Qatar en mauvaise forme, fatigué, épuisé et sans avoir fait d’essais. Il était presque asymptomatique, mais lorsque le virus a quitté son corps, il a emporté son énergie. Je pensais qu’il n’aurait pas pu finir la course, mais au contraire, avec toute sa volonté, il a pu y arriver, terminant la course en 8ème position. Nous sommes tous très heureux, même si je pense personnellement qu’il aurait pu faire un peu plus, au moins une ou deux positions, mais de toute façon je suis heureux: peut-être qu’il a fait le bon choix, en décidant de ne pas risquer autant. Quoi qu’il en soit, voir un Tatsuki qui se bat aussi fort, c’est incroyable, il ne l’aurait jamais fait il y a quelques années, et cela signifie que nous avons fait du bon travail avec lui.

Lorenzo Fellon, notre rookie de 16 ans, n’a pas été très heureux de son résultat; Il vient d’une année en ETC et d’une année en CEV et, dans ce championnat mondial où le niveau est si élevé, le fait de finir la course signifie qu’il a fait du bon travail pour sa première course. Il a tous les bons chiffres, un grand potentiel sur lequel nous pouvons travailler, et il a juste besoin d’écouter et de ne pas être sous pression, car nous pouvons voir qu’il a “faim”.
La course a été difficile, avec un vent de folie, et nous avons eu la chance qu’aucun de nos pilotes n’ait été impliqué dans des chutes, et il y en a eu beaucoup. C’est un classique des premiers GP, les nouveaux venus sont tellement absorbés par leur désir de tout avoir et tout de suite, qu’ils veulent dominer le monde: ils ont besoin de temps pour comprendre qu’une course est longue et qu’une erreur au début peut être résolue avec calme quelques tours plus tard.

Je veux remercier Josito Garcia, notre pilote principal dans le CEV – Moto3, et aussi notre pilote de réserve officiel, qui est venu ici au Qatar pour remplacer Tatsuki, mais en fin de compte il a juste fait le spectateur; L’année dernière, il a débuté ici en remplaçant Antonelli aussi. Merci aussi à Carmelo Ezpeleta, qui a rendu tout cela possible : Il a offert à toute la famille du MotoGP la possibilité de se faire vacciner. J’ai saisi l’occasion et j’en suis heureux, même si cela signifie que nous devons rester ici un peu plus longtemps en attendant la deuxième dose. Ici, dans cette sorte de maison-prison avec le sable, la mer et les terrains de beach-volley. Nous sommes dans un hôtel et nous sommes vaccinés, oui, mais nous n’avons accès qu’à quelques zones: ils veulent nous garder loin de leur peuple pour éviter d’être infectés. C’est pour cela que les hôpitaux ici ne sont pas en crise. Dans cette sorte de vacances forcées, nous attendons vendredi pour nous remettre en piste pour la deuxième manche à Doha.

C’était la première course sans Fausto, alors que depuis ma première année de championnat du monde, avec Marco en 2002, Fausto a toujours été là, d’abord comme pilote, puis comme entrepreneur. D’abord comme directeur d’équipe, puis comme partenaire commercial et ami. Ce furent des années bien remplies, intenses, belles. Nous avons partagé des expériences terribles et ne pas l’avoir ici à cause de ce maudit virus, qui n’a aucun effet sur quelqu’un mais qui tue quelqu’un d’autre, ce n’est pas juste. Au revoir Fausto, je n’oublierai jamais que nous avons commencé cette aventure ensemble.

-PaoloSic58

Note : Kaito Toba a été reculé d’une place pour avoir roulé sur les capteurs dans le dernier tour. Tatsuki Suzuki est donc 8e.



Tous les articles sur les Pilotes : Lorenzo Fellon, Tatsuki Suzuki

Tous les articles sur les Teams : SIC58 Squadra Corse