C’est une situation qui semble acquise mais que Sergio Garcia aimerait renverser. Ainsi, en Moto3, cette saison, on ne parle que de Pedro Acosta et on ne jure que par lui. Sa trajectoire vers le MotoGP semble comme déjà tracée et les titres en Moto3 et en Moto2 une formalité qu’il honorera sans coup férir. Un scénario trop parfait pour un Sergio Garcia qui a bien l’intention de tout remettre à plat d’ici la fin de la saison en faisant entrer dans le rang son jeune compatriote…

Sergio Garcia peut y prétendre mathématiquement. A la mi-saison, il a 48 points de retard sur Pedro Acosta. Il ne le lâche donc pas, même si, pour l’instant, il l’a en point de mire à bonne distance. Mais il avance comme masqué, laissant la pleine lumière et la pression à son rival. Son bilan est intéressant : avec deux victoires et une deuxième place après neuf courses dans la saison, le pilote du Team GASGAS Valresa Aspar tient le choc.

« Le grand objectif est de gagner le championnat du monde. Je pense que je peux y parvenir » clame à qui veut l’entendre Sergio Garcia. « Mais en même temps, je sais aussi que c’est difficile. Je me concentre sur le fait de courir course après course et de faire le moins d’erreurs possible. Nous sommes deuxièmes du classement et nous sommes sur la bonne voie », déclare Garcia.

Ce qui lui manque encore en tant que jeune pilote, c’est la régularité. Mais il y a des raisons à cela. Il explique : « nous n’avions pas une configuration de base adaptée au début de la saison. Je me sens bien maintenant. Le changement n’a pas été facile, mais je me suis adapté et maintenant ça marche mieux ». En plus de la bonne configuration, l’expérience qu’il a acquise et le fait qu’il ait mûri en tant que pilote aide également. Cette tendance était déjà perceptible fin 2020. Il a terminé dans le top 4 à trois reprises lors des trois dernières courses de la saison, a réalisé le meilleur tour une fois et a finalement terminé neuvième.

Sergio Garcia

Sergio Garcia est entré dans l’histoire GASGAS

Au Qatar, Garcia a commencé la nouvelle saison à la quatrième place, bien que là aussi, il aurait été possible de faire plus. « Je n’avais pas faim là-bas. Je ne savais pas comment me positionner dans la ligne droite pour gérer ma position et c’est pourquoi j’ai eu des problèmes ».

En France, il a non seulement célébré sa première victoire, mais aussi celle de son constructeur GASGAS. « C’était une course compliquée. Les conditions étaient difficiles », raconte Garcia, rappelant les conditions changeantes au Mans. « A la moindre erreur, tu aurais pu tomber. J’ai commencé huitième et j’ai été rapidement devant. J’ai fait moins d’erreurs que les autres et c’était important. C’est un souvenir marquant de la première victoire de GASGAS ».

Et le deuxième triomphe ne devait suivre qu’un peu plus tard, car à Montmeló. Non loin de l’usine GASGAS, Garcia était de retour sur la plus haute marche du podium. « J’ai su tout le week-end que j’aurais de grandes chances. C’était mon objectif de maintenir le sommet » termine-t-il sur Speedweek . Après la trêve estivale, il veut en tirer parti et mettre Acosta en détresse. Rendez-vous dès le 6 août sur un Red Bull Ring qui marquera la rentrée des Grands Prix après cinq semaines de trêve estivale.

Sergio Garcia

Championnat Moto3 après Assen (9/19) :

Championnat Moto3

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Sergio Garcia