Après son excellent week end lors de la dernière manche du Championnat MotoAmerica de Superbike qui s’est déroulée à Laguna Seca il y a 2 semaines, Loris Baz est revenu passer quelques jours en France pour profiter de sa famille et ses amis. Il est prêt à repartir gonflé à bloc pour la prochaine épreuve qui se déroulera le week end prochain sur le tracé de Brainerd International Raceway, dans le Minnesota.

Avec ses deux récentes deuxièmes places sur le tracé de Laguna Seca, Loris Baz a donné beaucoup d’espoir à ceux qui pensent qu’il sera le premier pilote à battre le leader actuel du Championnat, Jake Gagne, qui a tout raflé jusqu’à présent. En effet, après un début de saison parfois compliqué, il a terminé 2 fois deuxième à Laguna Seca, derrière Jake Gagna, accusant un retard de seulement 1,173 s lors de la première course et de 1,789 s lors de la seconde.

Loris Baz a toujours eu confiance en ses propres capacités et en celle de son team, le Warhorse HSBK Racing Ducati New York qui lui met à disposition une Ducati Panigale V4 R. « Maintenant, la moto fonctionne assez bien partout », a déclaré le Français à la fin du WE à Laguna Seca. « Je pense que si la moto fonctionne plutôt bien à Laguna, elle devrait fonctionner plus ou moins partout, mais Brainerd est une piste délicate. Ce n’est pas une piste que j’apprécie le plus, mais je pense que nous y avons très bien travaillé. Nous y avons déjà fait beaucoup de tours. C’est une piste beaucoup plus bosselée qu’ici, mais nous étions plutôt bons. [NDLR : des tests officiels ont eu lieu sur le tracé du Minnesota mi-juin] Je pense que nous avons fait du bon travail là-bas. C’est vraiment bien que nous ayons des séances d’essais sur deux jours. J’ai vraiment hâte de continuer sur notre lancée, je sens que nous nous améliorons à chaque fois, chaque week-end, et c’est excitant. Bien plus que le premier week-end au cours duquel j’étais vraiment frustré. Maintenant, quand j’enlève le casque après la course, je sais ce que je peux faire pour m’améliorer. Cela rend tout le monde dans l’équipe beaucoup plus heureux et beaucoup plus confiant pour la prochaine course. »

 

 

En effet, après s’être retrouvé sans guidon en WSBK alors que le team Ten Kate Racing Yamaha n’a pas réussi à boucler le budget pour la saison 2021, Loris Baz s’est exilé aux Etats Unis pour y disputer le Championnat MotoAmerica de Superbike. Nouvelle expérience, nouvelle vie, nouveau team, nouvelle moto, nouveaux circuits à apprendre, cela fait beaucoup ! Le début de la saison a été plus compliqué que prévu pour le pilote Savoyard et son team Warhorse HSBK Racing Ducati New York. La belle rouge de Bologne a du caractère, et il a fallu trouver des réglages qui permettaient à Loris d’être en pleine confiance tout en ne dégradant pas trop ses pneus. Il semble que désormais, son équipe ait trouvé un compromis de réglage qui lui convient, et qui puisse servir de base sur les autres tracés.  La clé, comme toujours, est d’arriver sur un circuit sans avoir à faire face à une myriade de changements à chaque séance d’essais et de qualification, pour uniquement se concentrer sur le chrono et préparer au moins la course.

« Nous n’avons pas beaucoup modifié les réglages de la moto en dehors de FP1 à FP2 parce que nous avions des problèmes avec les capteurs de pression des pneus », a expliqué le pilote Français après la manche de Laguna Seca. « Nous avons perdu beaucoup de temps avec ça, mais maintenant nous sommes vraiment dans la fenêtre où je n’ai pas à changer beaucoup de moto. J’aime cette moto. Nous avons fait quelques modifications le matin pendant le warm up, mais je n’étais pas sûr parce que la température était beaucoup plus basse que la veille, donc je ne savais pas si ça allait être mieux ou pas. Je suis donc revenu sur la configuration de la veille, c’était juste deux clics à l’avant. Donc, c’est cool de pouvoir rouler sur la même moto, course après course et séance après séance. Nous le savons très bien. Lorsque vous êtes capable de travailler avec la même machine, vous pouvez vous améliorer en tant que pilote. Quand tu changes les réglages tout le temps, tu ne sais pas vraiment à quoi t’attendre et si tu es sur la bonne voie. C’est la plus grande amélioration depuis la première course du Championnat à Road America : nous avons une base de réglages qui permet d’utiliser une moto similaire à chaque séance. »

En plus de ses bons résultats, un passage en France pour faire la surprise à sa compagne, mais aussi revoir ses amis de longue date, Jérémy Guarnoni, qui rentrait des 12h d’Estoril avec une belle seconde place, et Franck Millet, qui lui ont fait la surprise à leur tour, ont regonflé le moral du Français qui va repartir plus motivé que jamais aux Etats Unis !

 



Tous les articles sur les Pilotes : Loris Baz