La MotoE était la discipline sans nul doute rêvée pour connaître un final électrique et elle nous l’a offert à Misano dans un relatif anonymat. Entre Jordi Torres et Dominique Aegerter il y a eu des étincelles et leur passe d’armes a rappelé un combat du siècle dernier entre Capirossi et Harada. Les deux étaient alors des officiels Aprilia qui se disputaient la couronne. L’Italien avait coupé en deux le Japonais en vue de l’arrivée pour ceindre la couronne. Le Suisse n’a pas eu, en revanche, gain de cause sur l’Espagnol…

Mais était-ce la même manœuvre avec l’identique intention du tout ou rien ? C’est tout le débat que les officiels ont néanmoins tranché en sanctionnant un Dominique Aegerter qui a donc dû laisser le titre MotoE à Torres. Le Suisse est cependant toujours en course pour une autre couronne, celle du mondial Supersport.

Sur cet épilogue houleux, Aegerter a commenté : « je ne sais même pas par où commencer pour expliquer ce que je ressens. Nous nous sommes battus pour le championnat, nous avons eu une saison solide et bien sûr j’ai essayé de gagner ce championnat aujourd’hui. Malheureusement, je n’ai pas pris le meilleur départ et j’ai été impliqué dans une bataille avec Ferrari et Casadei pendant un tour ou deux. Mais ensuite, j’ai pu me frayer un chemin et rattraper immédiatement mon retard. En deux tours, j’étais juste derrière Torres et dès l’avant-dernier tour, j’ai commencé à l’attaquer. »

« Je l’ai dépassé plusieurs fois pour qu’il sache exactement que j’étais là. Il savait aussi que même si je le doublais, il serait toujours un vainqueur de la Coupe du monde. Dans le dernier tour, je l’ai finalement dépassé deux fois, et quand je suis entré dans le virage 14, il savait que, comme dans les tours précédents, je viendrais de l’intérieur et freinerais plus tard que lui. Il a gardé sa trajectoire, ce qui l’a amené à heurter ma roue arrière et à sortir de la course. Bien sûr, je ne voulais pas qu’il tombe, mais j’étais sur la ligne intérieure. Si vous regardez toutes les courses en arrière, il y a toujours eu de grosses bagarres et beaucoup de collisions dans le dernier tour. Je lui ai présenté mes excuses pour la manœuvre, car je suis un pilote juste, mais nous aurions tous risqué cela pour remporter le titre. »

Misano

La MotoE a fait parler d’elle à Misano

Il termine sur Speedweek : « la saison MotoE est super courte, les courses sont courtes, il faut donc constamment repousser les limites. La moto est lourde et pas facile à freiner. Lorsque je suis entré dans le Parc Fermé, la direction de course m’a infligé une pénalité de 38 secondes, ce qui équivaut à une pénalité de drive-through. Mon équipe et moi n’avons pas compris cette décision difficile et sommes allés à la direction de course pour soulever une objection, mais la direction de course n’a pas voulu en entendre parler et la pénalité est donc restée. Néanmoins, j’ai terminé deuxième du championnat. Mais bien sûr, je ne suis pas heureux de cette décision. Je suis très déçu et je ne peux pas en dire beaucoup plus à ce stade, car c’est dévastateur quand une course et le championnat se décident sur le tapis vert ».

Pour l’anecdote, c’est Ferrari qui a remporté cette dernière course de l’année à Misano. Le Français et pilote Tech3 Corentin Perolari a fini dans le top 10.

Pour mémoire, le final entre Capirossi et Harada du temps de la 250…

Misano




Tous les articles sur les Pilotes : Dominique Aegerter

Tous les articles sur les Teams : Pons HP 40