En ce moment, en attendant que la pandémie liée au Covid-19 se résorbe peu à peu, les différentes autorités gérant les événements sportifs évaluent à la fois tous les moyens d’encaisser financièrement cette crise et toutes les possibilités de recommencer les activités au plus vite.

En ce qui concerne les sports mécaniques, on imagine donc des courses à huis clos avec des équipes réduites à leur minimum, un confinement sanitaire strict et, pour rendre légitime le mot de championnat, possiblement deux courses par week-end.

Stuart Pringle, le directeur du circuit de Silverstone va même plus loin sur Sky Sports F1 et n’exclue pas qu’une de ces deux courses, en l’occurrence de F1, se déroule dans le sens contraire de d’habitude. « Nous ferons tout ce qui nous sera demandé. L’une des choses qui rend le Grand Prix britannique si spécial, ce sont ses fans, donc l’idée d’une course sans eux semble plutôt étrange. Mais comme je l’ai déjà dit, j’ai déclaré à la Formule 1 : “nous allons travailler avec vous, quoi qu’il soit nécessaire de faire pour vous aider à avoir un championnat, et si vous y arrivez, si c’est ce que vous voulez, c’est ce que nous voulons aussi”. Nous sommes disposés à travailler avec la Formule 1 de toutes les manières qu’ils jugent dans le meilleur intérêt du championnat. La majorité des équipes sont à un jet de pierre du circuit. Sur le plan opérationnel, [organiser plusieurs courses] serait assez simple. Nous avons une infrastructure fixe, le personnel pourrait en grande partie loger dans ses propres lits. Donc, si c’est comme ça que nous pouvons aider, je serais ravi de le faire. »

Répondant à une suggestion d’une deuxième course organisée sur le tracé inversé du circuit, ce que le circuit britannique pourrait à la limite permettre, Stuart Pringle répond que Silverstone n’est pas actuellement homologué pour le faire, mais que « ce n’est pas une pensée aussi idiote que ça. Rien n’est écarté. »

Clairement, l’homme est prêt à tout envisager pour arranger le monde de la F1, et on ne saurait l’en blâmer, mais comme il le dit lui-même, le circuit n’est pas homologué pour ça. D’ailleurs, à notre connaissance, aucun tracé n’est homologué FIA ou FIM pour pouvoir accueillir des courses dans les deux sens. La raison en est simple : les zones de dégagement assurant la sécurité des pilotes sont conçues pour un seul sens de rotation.

Cependant, il est vrai que sur les circuits plats, comme Silverstone, construit sur une ancienne base de la Royal Air Force, ou Bahreïn et Losail construits dans le désert, on pourrait envisager des aménagement à moindre frais pour rendre l’idée réalisable.

Mais, entre les travaux et l’homologation nécessaire, cela demanderait sans doute quelques mois, et c’est donc extrêmement peu plausible pour cette année. Et puis, soyons honnêtes, par les temps qui courent les circuits doivent faire face à des problèmes autrement plus importants que de faire plaisir aux téléspectateurs ou aux pilotes !

Malgré les déclarations conciliantes de Stuart Pringle, l’idée n’est donc sans doute pas prête d’être mise en œuvre mais, par pure curiosité, nos confrères du site the-race.com se sont quand même prêter (virtuellement) au jeu…