Les tests du Moto2 et du Moto3 ont succédé aux premiers essais d’intersaison du MotoGP ce qui fait que Raul Fernandez, à présent chez Tech3 KTM dans la catégorie reine, a croisé son patron de la saison passée en Moto2 Aki Ajo. Un responsable d’une écurie éponyme qui a plus de 100 victoires en Grand Prix à son compteur, qui a permis à l’Espagnol de se révéler et de remporter huit succès dans sa première année en Moto2. Mais le titre est revenu à son équipier Remy Gardner ce qui a valu au boss finlandais les critiques de sa trouvaille ibérique. Le temps est venu de répondre…

Et cette réponse a été formulée dans les colonnes de Speedweek. Sur le premier contact après l’attaque de Raul Fernandez qui a estimé ne pas avoir été autant soutenu dans sa quête du Graal que son équipier, Aki Ajo a commenté : « j’ai discuté avec lui. Je lui ai juste assuré qu’il avait fait du bon travail en MotoGP. Sinon, nous n’avons rien discuté. Il m’a un peu fait part de ses impressions avec la MotoGP-KTM ».  Puis il précise : « nous avons passé deux belles années ensemble. Je garderai ça à l’esprit. Je me concentre sur mon travail ».

A 53 ans, Aki Ajo en a vu d’autre et sa culture nordique lui permet d’exceller dans le genre flegmatique. Le reste du discours est à l’avenant, mais le message, à la fin, est tout de même passer. Ajo dit ainsi : « tout ce que je veux dire à propos de Raúl, c’est qu’il a fait une saison incroyable. J’ai vraiment beaucoup de respect pour son année en tant que rookie. Pour moi, Raúl est un talent indescriptible ». Mais il précise aussi : « il est normal que le dauphin soit déçu au début, surtout après une saison aussi solide et surtout quand il était plus rapide que le nouveau champion du monde sur certaines courses. Mais nous devrions être très heureux en équipe de notre performance et de cette saison ».

Remy Gardner, le directeur de l'équipe Aki Ajo et Raúl Fernández

Aki Ajo : “le pilote qui n’a pas remporté le championnat du monde en cherche les raisons et les causes

Avec cette dernière phrase, Aki Ajo recentre le débat et évacue aussi le sous-entendu de Raul Fernandez au sujet d’une équipe ayant privilégié plus un côté du box que l’autre : « tout est resté vraiment calme et professionnel dans notre box. Si un pilote pense que tout ne s’est pas déroulé de manière optimale, c’est compréhensible. Le pilote qui n’a pas remporté le championnat du monde en cherche les raisons et les causes ».

« Il ne faut pas oublier que Raúl a célébré huit victoires lors de sa saison de rookie. Rémy a gagné cinq fois, il a été plus régulier, il a fait une saison incroyable. Et il n’y avait pas de querelles dans notre box. S’il fait des commentaires émotionnels maintenant, cela n’a pas d’importance. Même une personne âgée comme moi n’arrive pas toujours à rester calme. J’étais ému aux larmes après les deux courses à Valence. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les jeunes pilotes contrôlent leurs émotions à tout moment.

Et il termine : « nous devons être vraiment satisfaits de notre saison de championnat du monde. Nous nous comportons de manière professionnelle maintenant et nous nous concentrons sur l’avenir ». Une manière élégante et ferme de rappeler les fondamentaux et de clôturer le débat.

Aki Ajo pense quand même au MotoGP ...



Tous les articles sur les Pilotes : Raúl Fernández

Tous les articles sur les Teams : Red Bull KTM Ajo