C’est l’équipe championne du monde en titre, elle a remporté l’an passé la convoitée triple couronne, et, pourtant, en ce début d’année, c’est celle qui a le plus de maux de tête… On n’ira pas jusqu’à qualifier les derniers tests de Sepang de désastre pour le team Repsol Honda, mais tout de même, il y a matière à revoir sa copie. Certes, mais comment ? C’est justement là où est le souci. Au HRC, on a plus de questions que de réponses et avec un Marc Marquez en dessous de ses capacités, on est un peu perdu…

A Sepang, durant trois jours, Honda a usé jusqu’à la corde son soldat Crutchlow pour résoudre ce problème sensible : comment accorder la nouvelle RC213V avec les non moins nouveaux pneus Michelin ? Un vrai souci lorsque l’on sait que Marc Márquez, encore convalescent d’une opération à l’épaule droite, n’a pu apporter son éminente contribution habituelle.

Alberto Puig, directeur de l’équipe Repsol Honda, ne cache pas le flou qui entoure ses troupes après l’escapade en Malaisie : « la qualité du test de Sepang n’a pas été aussi bonne que ce à quoi nous nous attendions », avoue l’Espagnol. « Jusqu’à présent, nous n’avons pas été en mesure de faire une évaluation claire sur nos performances. Nous essayons quelques choses et avons une idée approximative de ce qui se passe. Mais nous aurons encore besoin du prochain test au Qatar du 22 au 24 février avant de pouvoir donner une analyse ou des prévisions précises. Ensuite, nous en saurons plus sur l’état de notre moto et comment Marc s’en sort. »

Il y a cependant Cal Crutchlow qui a donné des tendances qui ne sont pas très engageantes. Pour l’Anglais du team LCR, la sensation avec l’avant sont pires que celles, delà problématiques, de l’an dernier : « normalement, ce sont les pilotes qui peuvent juger les motos. S’il dit cela, nous devons le croire » commente sobrement Puig. « C’est pourquoi nous testons différents prototypes et différents châssis. Nous avons également le temps de résoudre ces problèmes. Côté châssis, vous n’êtes pas sous pression autant que sur le moteur, où la spécification est homologuée lors du premier Grand Prix puis le développement est figé. Vous pouvez jouer avec le développement du châssis toute l’année. »

 

 

 

« Cal a essayé beaucoup de choses pour HRC samedi. Je pense qu’en fin de compte, il a trouvé quelque chose qu’il préférait. Mais il est vrai que nous essayons de nombreuses solutions. Cal est d’une grande aide pour nous. Nous lui en sommes reconnaissants ». Alberto Puig entre ainsi dans les détails : « nous n’avons aucun problème avec les performances du moteur. Mais il s’agit de rendre la fourniture de puissance encore plus douce », explique-t-il.

Alberto Puig termine sur les nouveaux pneus Michelin : « il semble que les nouveaux pneus arrière amélioreront l’adhérence. Et si vous avez un meilleur pneu, vous devez à nouveau modifier le réglage. Parce que le pneu arrière influence la roue avant. Le nouveau pneu arrière peut être un avantage à l’arrière, mais vous pouvez plonger dans de nouveaux problèmes à l’avant. Jusqu’à présent, nous ne savons pas comment les nouveaux pneus arrière affectent l’avant et comment nous devons y réagir. De plus, si Sepang est une bonne piste pour les essais hivernaux, à cause de la chaleur, nous avons des conditions étranges. Pendant la saison européenne, nous n’avons normalement jamais de températures aussi élevées. » Un vrai casse-tête…


Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team