L’installation de Danilo Petrucci en lieu et place de Jorge Lorenzo comme équipier de Dovizioso au sein du team officiel Ducati continue à faire couler encre et salive. Car à un quintuple Champion du Monde succède un pilote aux six podiums sans la moindre victoire, venu de l’équipe satellite Pramac. Mais il est aguerri à la Ducati et il a un manager bien particulier du nom d’Alberto Vegani… Qui est aussi le patron du groupe Nolan.

Autant dire que cette mission de manager est presque un divertissement pour celui qui préside aux destinées des marques Nolan et X-Lite. Sur son parcours, il explique sur Speedweek : « j’ai commencé avec Ivan Capelli en Formule 1, puis j’ai poursuivi en 2005 avec Carlos Checa et Marco Melandri. Puis Danilo Petrucci est arrivé en 2015. Mon but, en ce qui le concerne, était de l’amener dans une équipe officielle et de l’y voir gagner ».

La première étape est consommée. Il reste donc la seconde, qui n’est pas exactement la plus simple… « Il est vrai qu’il n’a pas encore eu sa première victoire en Grand Prix. Mais la différence avec Lorenzo est la suivante : 25 millions pour deux saisons. Avec cette somme, on est en droit d’attendre de nombreux succès. Stoner a été Champion du Monde à ce prix. Danilo gardera un salaire de pilote satellite. Mais le team officiel est une grande opportunité pour lui. S’il gagne, l’argent viendra tout seul. Mais pour ça, il faut une moto capable de gagner. Et à présent, il l’a ».

Certes mais que pour un an, ce qui met la pression. Mais là aussi, Vergani tempère : « chaque année, il a dû prouver et se battre. Contre Redding, puis contre Miller. A un moment donné de la saison passée, Danilo avait autant de points que Lorenzo. Même si comparaison n’est pas raison. J’espérais de lui en 2018 plus de régularité. Mais il a aussi eu de la malchance. Au Sachsenring, il a manqué la pole position de peu. En 2019, je lui souhaite au moins une victoire et autant de podiums que possible. S’il reste aussi proche que possible de Dovizioso, son contrat sera prolongé ».

Proche mais pas au contact. La consigne Ducati est claire. Et assimilable par Petrux ainsi humainement dépeint : « il est authentique et incarne des valeurs, comme Marco et Carlos. Danilo est prêt pour l’équipe d’usine, il est monté six fois sur le podium avec une équipe privée. La moto de chez Pramac était bonne, mais ce n’était pas la même que celle du team d’usine. Cette dernière a quelque chose en plus qui permet d’aller chercher la victoire ».



Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team