Aleix Espargaró se sait dans la dernière partie de sa carrière et aussi au meilleur moment du projet Aprilia en MotoGP. Il aimerait, dès 2022, associer ces deux moments clés pour en sortir des résultats qui le mettraient parmi le top 5 de la catégorie majeure des Grands Prix, voire plus si affinité. En attendant, il se contentera de montrer qu’il peut battre un pilote du calibre de Maverick Viñales avec la même moto…

Aleix Espargaró quitte cet exercice 2021 avec des sentiments mitigés. D’une part, il est heureux d’avoir progressé en première partie de saisons avec la RS-GP jusqu’à décrocher avec elle son premier podium. Nous étions à Silverstone. A ce moment-là, le top 6 au classement général n’était pas un objectif irraisonnable. Mais la suite a été moins favorable avec même une pointe d’agacement en fin de parcours sur une moto redevenue compliquée à cerner. Et puis il y a eu les deux jours de tests à Jerez en vue de 2022 qui ont laissé l’Espagnol sur sa faim : « je pense que nous ne sommes pas prêts maintenant » dit-il : « lors du dernier test, malheureusement, je n’ai pas pu tester la moto 2022, je la testerai en Malaisie. Nous travaillons pour améliorer l’ensemble de la moto, ce ne sera pas une révolution mais nous savons où travailler. Il y aura des nouveautés sur le moteur parce que nous voulons plus de puissance. Nous verrons comment ça se passe. Sepang ».

Sur ce qui l’attend l’an prochain, et l’objectif d’aller chercher au moins un top 6 final, il commente : « je pense qu’un top 6 au championnat du monde est vraiment quelque chose de très difficile à atteindre. Cette année, nous avons terminé huitièmes, ce qui est un point très important, et l’année prochaine, se battre avec les cinq meilleurs serait quelque chose de fort mais un objectif que je pense possible. Ce sera très difficile, mais je pense que l’équipe est plus préparée que jamais. Aprilia a deux très bons pilotes, deux pilotes qui croient beaucoup et qui vont tout donner pour le projet. Donc 2022 doit être la meilleure année de l’histoire d’Aprilia ».

Aleix Espargaró

Aleix Espargaró considère Maverick Viñales autant comme une plus-value que comme un faire-valoir

Un cap qu’il faudra passer pour se projeter sur un autre, encore plus important : « si 2023 est l’année où nous devrons nous battre pour le championnat du monde, nous devrons être régulièrement parmi les 6 premiers d’ici quelques mois. Ce ne sera pas facile, la concurrence est très élevée ». Mais pour rester encore plus motivé qu’il ne l’est déjà, Aleix Espargaró compte sur la concurrence d’un équipier qu’il a convaincu de le rejoindre à l’usine de Noale : Maverick Viñales : « je pense que Maverick, tout d’abord, a donné de la crédibilité au projet » précise Aleix sur Motosan . « L’arrivée d’un pilote vainqueur, un tueur comme Maverick Viñales, qui a effectivement remporté un Grand Prix cette année malgré tout, a donné de la force au projet ».

Il termine : « il a fait confiance à Aprilia et je suis très excité parce que je me sens en partie coupable qu’un si bon pilote ait risqué de venir chez Aprilia. Et c’est aussi parce que j’ai pu montrer que la moto et le projet sont compétitifs. En plus, avoir quelqu’un comme ça à mes côtés va aussi me rendre meilleur, et si je suis capable d’être plus rapide qu’un gars qui est capable de gagner des courses avec Yamaha, c’est vraiment une très bonne chose pour moi ». Rien n’est décidemment fait innocemment en MotoGP.

Aleix Espargaró

 

 

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales, Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini