Aprilia

Aleix Espargaró a analysé sa saison 2022 comme ses conséquences sur son aura dans le paddock des Grands Prix et il s’est rendu à cette conclusion : la majorité des observateurs reste convaincue que cette campagne aura été une parenthèse enchantée qu’il serait étonnant de voir renouveler. Pire, cette répétition est plus sujette à caution pour lui que pour Aprilia, dont la légitimité à prétendre aux plus beaux résultats serait plus logique que pour son pilote. De quoi se sentir sous-estimé. Une frustration qui est aussi une source de motivation.

Aleix Espargaró souffre-t-il d’un manque de reconnaissance, malgré une saison 2022 où il est apparu comme un candidat au titre en tant que leader incontesté chez Aprilia ? C’est possible et d’autant plus qu’il le ressent ainsi. Sur crash.net, on découvre ainsi ses propos : « je comprends que je dois continuer à faire mes preuves après ne pas avoir combattu pour un titre pendant 15 ans » dit-il. Et il fait cette comparaison : « personne ici ne doute de Fabio Quartararo, par exemple, car il a toujours été dans un combat de championnat du monde ces trois dernières saisons ».

Alors se pose cette question après sa prestation 2022 : «  pourrai-je le refaire l’année prochaine ? » Et il donne lui-même la réponse : « personne ne croit que nous pourrons le faire à nouveau en 2023, mais je le crois ». Reste qu’il sait que la concurrence sera plus dure, à commencer dans ses propres rangs. D’une part, son voisin Maverick Viñales sera plus aguerri à la RS-GP tandis qu’un team satellite alignera deux autres Aprilia dont une pour un Miguel Oliveira qui suscite de grandes attentes à Noale…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Aleix 41 (@aleixespargaro)

Aleix Espargaró : « je pense qu’avec les calendriers actuels et l’introduction des courses de sprint, il sera difficile de dépasser l’âge de 35 ans« 

« Maverick réalisera certainement de bonnes performances lors de sa deuxième année complète avec Aprilia car c’est juste un pilote très talentueux », a commenté l’ainé des Espargaró sur cette situation. « Cela va me motiver encore plus » ajoute-t-il en n’oubliant pas l’équipe RNF : « le fait que nous ayons également une équipe client est important pour nos ingénieurs en particulier. Ducati a eu un gros avantage à cet égard ces derniers temps. Ils ont pu tester cinq choses différentes en une seule session car ils ont tellement de pilotes sur la piste. C’était impossible pour nous. Si nous utilisons bien l’équipe satellite, ce sera très précieux pour nous ».

Reste que si Aleix Espargaró veut tout autant briller en 2023 qu’en 2022, si ce n’est plus, il n’envisage pas la suite de sa carrière au-delà de 2024. Il est le pilote le plus expérimenté de la grille MotoGP actuelle puisqu’il entamera sa 13e saison complète cette année : « pour le moment, je ne me vois pas en MotoGP au-delà de 2024 », déclare-t-il à Motorsport-magazin.com. « Ce que Valentino Rossi a fait jusqu’à l’âge de 42 ans est génial, mais je ne pense pas que j’aurai la force de le faire ».

« Nous verrons comment je me sentirai en 2024. Cependant, je pense qu’avec les calendriers actuels et l’introduction des courses de sprint, il sera difficile de dépasser l’âge de 35 ans ». Et il conclut : « c’est principalement pour des raisons mentales. Par exemple, le calendrier 2023 est fou, surtout la dernière partie de la saison. Nous allons passer beaucoup de temps loin de chez nous et c’est tout sauf facile ».

Image

Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini