En ce vendredi 18 juin 2021, Fabio Quartararo a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit du Sachsenring, au terme de la première journée du Grand Prix d’Allemagne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote français, toujours leader du championnat.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Fabio Quartararo sans la moindre mise en forme, même si la première partie (vouvoiement) est traduite de l’anglais.


Vous avez chuté ce matin et vous vous êtes tenu l’épaule. Comment allez-vous ?

Fabio Quartararo : « Plus que l’épaule, c’était ma main que je sentais meurtrie, mais c’était juste à cause de l’impact et c’était OK. En FP2, j’ai vraiment pu retrouver mes sensations et tout s’est bien passé. Oui, j’étais un peu inquiet sur le moment mais tout va bien. »

Miguel Oliveira est à nouveau devant aujourd’hui. Pensez-vous qu’il puisse être un prétendant au titre ?

« Oui, Miguel a fait de gros progrès ! Je pense que KTM a fait de gros progrès sur la moto et que Miguel progresse très vite. Il n’a pas vraiment fait un début de saison parfait, et heureusement car il va super vite et est super fort. Nous devons donc garder un œil sur lui pour le reste du championnat. »

Vous avez beaucoup travaillé avec des pneus usés en FP2 et votre rythme paraît bon. Êtes-vous satisfaits ?

« Oui. C’était long ! Mes pneus se sont terminés au bout de 33 ou 34 tours, je ne sais pas, mais c’était vraiment long. Je n’ai pas vraiment comparé avec tous les autres pilotes mais je me sens plutôt pas mal avec ces pneus. Avec des pneus de 32 tours, j’ai pu faire 22.5. Je me sens plutôt bien et je sens que nous pouvons progresser un petit peu car le feeling sur la moto n’était pas excellent aujourd’hui, en particulier avec l’avant. Nous avons quelques idées pour demain mais nous ne sommes pas si loin, donc je suis plutôt heureux de cette journée. »

Vous avez plaisanté hier en disant que les pilotes MotoGP devaient empêcher Marc Márquez de gagner cette fois. Après cette journée, êtes-vous davantage optimiste ou pessimiste au sujet de cette idée ?

« Je ne suis pas inquiet. Je sens qu’il est très fort mais je ressens la même chose : Je me souviens qu’il m’a rendu la vie très difficile en 2019 pour obtenir ma première victoire, dont je vais essayer de faire la même chose. Mais il semble bien qu’il soit très rapide et son rythme paraît bon. Nous savons qu’il est super rapide sur cette piste. Oui, personne ne voudra vraiment le dire, mais je pense que tout le monde… Vous savez, il a connu des moments très difficiles et je serai heureux qu’il obtienne un très bon résultat, mais je serai pour lui mais pas heureux pour nous ! Nous devons donc essayer de gérer pour obtenir un très bon résultat ici et essayer qu’il ne gagne pas. Mais je ne suis pas ici pour cela : je suis ici pour me battre pour la victoire et pour le podium, donc je n’ai pas cela l’esprit pour le moment. Mais ce serait quelque chose de bien. »

Avec les Ducati qui semblent peiner un peu, pensez-vous que cela soit une bonne opportunité pour vous ?

« Vous savez, avant le Mugello est Barcelone, tout le monde disait la même chose : “Ducati va faire un gros retour et vous rattraper”. Au Mugello et à Barcelone, à part Barcelone où ils ont eu de la malchance, nous étions là, nous battant pour la victoire. Et je pense qu’ils vont aussi se battre pour le podium ici. Bien sûr, il y a des pistes où les Yamaha se sentent un peu mieux et d’autres où les Ducati sont un peu mieux, mais je pense que cette année, c’est plus le pilote qui fait la différence. Je ne pense donc pas vraiment qu’il s’agisse d’une question de motos. Oui, il semble que Pecco a beaucoup souffert aujourd’hui, mais nous devons rester concentrés de notre côté, car nous ne nous sommes pas sentis si bien sur la moto aujourd’hui. Je suis donc concentré sur moi-même et je ne regarde pas les autres. »

Vous allez me détester mais je dois revenir sur la question de votre cuir à Barcelone. Que s’est-il vraiment passé, vu que vous avez maintenant une nouvelle fermeture velcro ?

« Avant tout, le cuir a bien fonctionné aujourd’hui car nous avons fait un double rabat. S’ils ont fait cette nouvelle chose, c’est pour avoir davantage de sécurité car ils savent, et je sais, que j’ai tout fait parfaitement avant le départ de la course : La protection thoracique était bonne, j’ai fermé le cuir de la bonne façon, et c’est arrivé. Donc je pense que c’est pourquoi nous avons une évolution du rabat pour avoir une double sécurité. Je pense que c’est important, car j’ai tout fait parfaitement à Barcelone. Ici, nous avons une double de sécurité qui fonctionne bien mais nous aurons une nouvelle chose demain. Nous verrons bien mais ne vous inquiétez pas, je ne suis pas en colère contre vous (rires). »

As-tu compris pourquoi tu es tombé ce matin ?

« De toute la journée on n’a pas eu un très bon feeling sur l’avant, surtout avec le soft. C’est un pneu que je n’ai pas du tout apprécié sur ce circuit. Je n’ai pas vraiment fait une erreur mais je ne me suis pas bien senti, donc il y a eu chute. »

Tu disposes d’une nouvelle poignée de gaz. Peux-tu nous en parler ?

« C’est une poignée de gaz électronique. C’est quelque chose que l’on a testé à Barcelone et c’était exactement pareil qu’avant. Ce matin, je ne l’ai pas utilisé car je voulais avoir la même chose qu’avant. C’est quelque chose que l’on va analyser pour savoir si on va l’utiliser ou pas. »

Tu as roulé dans une McLaren. Et ce que c’était bien ?

« Oui, c’est quelque chose que j’ai adoré ! Je n’ai pas l’habitude de faire ça mais ça permet de voir d’une façon différente la puissance sur quatre roues, et c’est à refaire ! »

Est-ce que, comme Valentino Rossi, tu vois dans la rue des gens portant ton numéro 20 ou ton casque ?

« J’ai eu une nouvelle aujourd’hui : Mes casques Réplica se sont tous vendus en un jour dans un certain marché, donc je pense que ça veut dire qu’on est sur la bonne voie. J’ai une image qui est assez bonne et j’espère continuer dans ce sens là pour avoir de plus en plus de fans avec le numéro 20 et vendre de plus en plus de produits. Ici, en Allemagne, il n’y a pas de public, mais ce matin j’ai quand même vu quelqu’un avec le drapeau et avec le T-shirt. J’ai déjà vu des personnes dans la rue avec ma ligne de vêtements, donc ça fait plaisir. Bien sûr, Valentino a le monopole là-dessus et sur tous les circuits, que l’on soit en Espagne ou en Italie, on voit très bien qu’il n’y a que du jaune, mais j’espère y venir petit à petit. »

 

Classement de la FP2 du Grand Prix d’Allemagne MotoGP au Sachsenring :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP