En ce dimanche 20 juin 2021, Miguel Oliveira a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit du Sachsenring, au terme du Grand Prix d’Allemagne qu’il a conclu à la 2e place.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote portugais qui vient de terminer 3 fois sur le podium et fait une remontée spectaculaire au championnat après un début d’année difficile.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Miguel Oliveira  sans la moindre mise en forme.


Miguel, cela fait maintenant trois fois de suite que vous montez sur le podium…

Miguel Oliveira : « Oui, très heureux de cette performance ! Bien sûr, le moment-clé de la course a été quand la pluie est arrivée. Comme nous le savons, Marc a pu comprendre assez rapidement quel était le niveau d’adhérence et creuser un écart à ce moment-là. Je n’étais pas dans une situation idéale car je n’étais pas juste derrière lui à ce moment-là et je suis resté coincé dans ce petit groupe duquel il s’est échappé. Puis, quand j’ai obtenu la deuxième position, j’ai vraiment essayé : Je lui ai mis la pression et j’ai fait du mieux que je pouvais. Je n’avais pas la meilleure situation pour gérer le pneu car je l’avais beaucoup sollicité en essayant de revenir vers lui, et j’ai senti qu’il avait le contrôle de la course. À trois tours de la fin, il a forcé un peu plus alors que j’étais complètement vidé. Cela a motivé au moins ma décision concernant la course, donc il a augmenté l’écart à 1,5 seconde et à partir de là j’ai décidé de préserver la deuxième place et de simplement ramener la moto au garage. »

 

 

Le travail ne s’arrête bien sûr jamais, mais il semble que vous êtes maintenant compétitif dès que vous arrivez sur un circuit…

« Oui. Je pense qu’au début du championnat nous ne pouvions pas vraiment comprendre comment résoudre notre situation et nous avons alors beaucoup compté sur certaines pièces qui venaient du Test Team. Je pense que nous avons fait un très bon groupe de travail : Nous avons travaillé avec les quatre pilotes et aussi avec Dani dans l’équipe de test qui étaient comme un outsider mais qui nous a beaucoup aidé en apportant de très précieux éléments à notre projet entier. Il y a eu des apports ici et là, et dans cette catégorie très disputée avec une grille très serrée, si vous pouvez comprendre où vous pouvez tirer un profit maximum de chaque détail, alors vous pouvez progresser.
J’avais également besoin de terminer des courses car j’ai montré un certain potentiel durant certaines courses mais je n’ai pas pu terminer. Et donc depuis le Mugello, nous avons été en mesure de faire ce petit pas en avant, et celui-ci nous a apporté la confirmation que nous devions continuer comme ça. »

En regardant vos trois derniers résultats, y a-t-il une frustration eu égard aux difficultés que vous avez eues avec la moto en début d’année ?

« Je suis un garçon qui regarde toujours devant et jamais derrière ! Je pense que c’est la bonne approche pour ce championnat. C’est vrai que le début a été dur, mais peut-être que sans ce début nous ne serions pas dans cette situation actuellement. Car les moments difficiles nous sortent de notre zone de confort, nous poussent à peu davantage et nous force à trouver des détails, de nouvelles pièces, à plus travailler, et tout cela nous emmène où nous voulons être. Bien sûr, la période actuelle est bonne mais nous ne prenons ça pour acquis. Jamais ! Donc nous allons continuer à travailler dur, à saisir toutes les opportunités que nous pouvons quand nous sommes proches de la tête, faire des podiums et marquer beaucoup de points pour finir le championnat en faisant le maximum. Et vous pouvez seulement faire ça si vous terminez les courses, donc pour le moment, course après course, nous ferons du mieux possible. »

Aki Ajo vient de renouveler pour cinq ans avec KTM. À quel point a-t-il été important pour vous et pour votre carrière ?

« Je suis resté dans l’équipe pendant trois ans et c’est bien. Aki a une façon particulière de communiquer et de travailler, et son style convient aux pilotes qui veulent travailler. Il a été une figure clé, pas seulement pour ma carrière mais pour les carrières de beaucoup de pilotes qui sont actuellement en MotoGP. C’était un privilège d’avoir été là-bas et je suis heureux pour lui qu’il soit l’étape intermédiaire pour KTM afin d’apporter les bons talents dans notre catégorie. »

Pensez-vous être à nouveau sur le podium à Assen ?

« C’est difficile à dire ! Bien sûr, je l’espère, mais Assen est une piste où nous avons un peu souffert en 2019. L’année dernière, nous n’avons pas pu nous rendre là-bas donc c’est un des circuits où nous n’avons pas d’expérience de notre moto. Je crois que notre moto peut également bien fonctionner là-bas mais ce sera plus difficile. Nous savons que les Yamaha sont très fortes là-bas et il sera difficile pour tout le monde de les battre. Mais quoi qu’il en soit, nous gardons également l’esprit ouvert et nous profitons de ce podium et de cette motivation renforcée pour nous rendre à Assen et y faire du bon travail. »

 

 

Classement du Grand Prix d’Allemagne MotoGP au Sachsenring :

Crédit classement et photos: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Miguel Oliveira

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP