En ce vendredi 18 juin 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit du Sachsenring, au terme de la première journée du Grand Prix d’Allemagne.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui évolue ce weekend sur l’un de ses circuits fétiches. Auteur du meilleur temps lors de la toute première séance d’essais libres du jour, le pilote Repsol Honda est par la suite rentré dans le rang lors des FP2, toujours amoindri par sa condition physique.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.

 


 

Marc, quelles sont vos sensations après cette première journée et le fait d’évoluer sur un tracé comportant une majorité de virages à gauche vous a-t-il aidé ?

« Je ne pilote toujours pas super bien. Je pense que vous pouvez voir sur les images que la position de mon coude droit est toujours très haute. Je ne peux toujours pas piloter comme je l’entends, mais j’ai tout de même réussi jusqu’ici à piloter sur un bon rythme. Demain l’idée sera de progresser sur mon pilotage. »

« Je ne suis pas le favori pour l’instant, car je reviens de blessure. Aujourd’hui ce n’était que vendredi, et si vous regardez bien je n’ai même pas chaussé de nouveau pneu en fin de séance parce que je sentais que je n’avais pas l’énergie nécessaire pour l’utiliser. C’était pourtant dans les plans, mais j’ai dit à l’équipe que j’avais fait deux runs pour comprendre le comportement du pneu arrière, tout en reconnaissant que je n’avais plus suffisamment d’énergie pour en essayer un nouveau. »

« Je ne suis pas le favori pour l’instant »

« J’ai moins de limitations physiques que sur les autres circuits mais je ressens toujours quelque chose. Le côté positif dans tout cela c’est que nous parvenons à bien travailler sur la moto, et nous avons déjà appréhendé pas mal de points. Le rythme est certes bon, mais ce n’est pas le meilleur pour le moment. »

Il y a quelques semaines vous avez déclaré que sitôt que vous ne vous sentiriez plus compétitif, vous arrêteriez, et que piloter pendant 15 ans en MotoGP ne vous faisait pas rêver. Il y a quelques jours, Jorge Lorenzo a d’ailleurs livré une interview où il a déclaré très clairement qu’il n’avait jamais fait de compétition parce qu’il aimait piloter, mais parce qu’il aimait gagner. Quelle est votre opinion sur le sujet ?

« J’ai toujours dit que j’étais ici parce que j’aimais la saveur des podiums et de la victoire. Dès que je sentirai que je ne suis plus compétitif et que je ne suis plus en mesure de me battre aux avant-postes, alors il sera temps de reconsidérer la situation. Mais ce n’est pas la situation actuelle : Ma réalité du moment c’est que je suis confronté à des limitations, mais j’ai aussi des objectifs qui me donnent un surplus de motivation pour piloter de la même façon que par le passé. »

« Mais c’est vrai que si vous avez remporté de nombreuses courses et des championnats par le passé et que vous ne gagnez plus, il vous faut une source de motivation supplémentaire. Je dois dire que je suis très surpris et je trouve très respectable la façon dont Valentino Rossi accepte sa situation par exemple. Il continue de piloter mais il continue aussi à prendre du plaisir. Mais pour ma part j’ai du mal à me projeter dans sa situation. »

 

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur la position de votre bras droit. Comment pouvez-vous espérer régler cela ? Est-ce que c’est purement lié à un manque de puissance musculaire ?

« Ce que m’ont dit tous les docteurs, c’est qu’après trois interventions chirurgicales au niveau de l’humérus il était possible d’avoir une rotation à ce niveau-là. Ils m’ont également dit que cela nécessitait du temps pour rentrer dans l’ordre, environ une année. En attendant, ce sont les muscles qui compensent ce manque de mobilité. »

« Les docteurs m’ont dit qu’il faudrait une année pour que tout rentre dans l’ordre »

« J’ai des difficultés à ce niveau-là en ce moment mais j’ai tout de même une certaine mobilité. Le truc c’est que je ne sens pas suffisamment de puissance et donc je ne me sens pas en sécurité. A Montmeló j’ai beaucoup travaillé sur la position de mon bras et j’ai été capable de faire des progrès en ce sens, mais ici avec tous ces virages à gauche ce n’est pas le cas. »

 

MotoGP Sachsenring – Résultats combinés FP1 & FP2 :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team