Par rapport aux deux saisons passées, il semblerait que l’on pardonne moins à Andrea Dovizioso de se retrouver une nouvelle fois à une mi-saison second de Marc Márquez au championnat. Et à distance respectable qui plus est. Les interrogations fusent sur finalement son potentiel et sa façon de piloter. Qui manquerait d’agressivité. Une dernière évaluation qui a le don de le faire sortir de ses gonds…

Le charme Andrea Dovizioso semble rompu en cette mi-saison 2019 de MotoGP. Il faut dire que les grandes promesses de début d’année ne sont pas tenues. Et d’autant moins que l’équipier choisi, adoubé et quasiment formé, Petrucci, lui taille des croupières plus souvent qu’à son tour.

Un Petrux au style viril sur la piste, pendant que Dovizioso est moins spectaculaire. Donc moins agressif ? DesmoDovi met le holà : « beaucoup de gens pensent que je n’ai pas essayé ou que je ne suis pas assez agressif pour faire mieux, mais ce n’est pas la réalité. Avoir la rapidité pour être devant, ce n’est pas être seulement agressif, ça ne permet pas d’influencer le résultat ».

Pour sa défense, il fait état de sa course à Assen : « j’ai attaqué les douze premiers tours à 100% et j’ai fait les mêmes chronos que le top 3. Mais ce n’était pas notre rythme. C’est la réalité. Mon style de pilotage est très doux, vous ne voyez pas d’agressivité, alors il semble que je n’attaque pas ».

À Assen, Dovizioso a terminé quatrième, à 14 secondes. « J’étais le premier pilote Ducati à terminer, que dois-je faire d’autre ? De nombreuses personnes regardent la course sans comprendre ce qui se passe, chaque pilote a un style différent, ce qui ne signifie pas que vous n’êtes pas à 100%. Notre cadence n’était pas de 1’34,0 que j’avais fait durant les 12 tours. J’étais agressif, mais ça ne marche pas comme ça ».

Au Sachsenring, Dovizioso a terminé cinquième. Il a été battu par son coéquipier Danilo Petrucci. 16 secondes était l’écart qui le séparait du vainqueur Marc Márquez. Le podium espéré par Ducati était loin en Allemagne. Au championnat du monde, Dovizioso a 58 points de retard sur Marc Márquez et il est la cible à la fois de son équipier Petrucci et de l’officiel Suzuki Álex Rins qui se verraient bien vice-champion du monde à la fin de l’année…

Enfin, on rappellera que, récemment, Cal Crutchlow avait égratigné Andrea Dovizioso en estimant qu’il avait perdu le fil de sa Ducati aux qualités pour le coup, inexploitées.



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team