En plus de connaître une période d’adaptation délicate sur son Aprilia, Andrea Iannone subit aussi les affres de la blessure. L’association des deux phénomènes peut entraîner le pilote dans une spirale infernale, mais l’Italien prend garde à ne pas être emporté dans ce tourbillon. Touché à la cheville après une chute lors de la FP4, il a déclaré forfait pour le Grand Prix d’Espagne mais aussi pour le test suivant sur le même tracé de Jerez. Dommage, car il y avait du travail à faire…

Après avoir raté le reste du meeting espagnol en raison d’une blessure au pied lors de la dernière séance d’essais libres, samedi, Andrea Iannone a également été contraint d’abandonner son retour prévu lors du test d’après-course de lundi suivant la course. Le pilote Aprilia avait pourtant reçu le feu vert du médecin pour essayer de participer aux essais, mais le manque de force causé par la douleur au pied gauche l’a empêché de changer de rapports correctement et il s’est retiré sans signer de chrono.

Mais l’Italien est confiant de pouvoir se préparer pour la prochaine manche française au Mans, du 17 au 19 mai. « J’ai essayé, mais je manquais de force dans mon pied pour changer de vitesse » a confirmé Iannone. « C’est dommage car j’aurais bien aimé profiter de cette journée d’essais pour confirmer la note positive sur laquelle nous avions commencé à travailler dans le cadre de la FP4 où, avant le crash, je me débrouillais plutôt bien. Nous avons reçu quelques confirmations de la part de mon équipier Aleix Espargaró, ce qui est certainement positif. À partir de maintenant, je vais commencer à me rétablir, mais je suis sûr que je pourrai être à 100% pour le week-end du Mans ».

La onzième place de son coéquipier Aleix Espargaró a placé Aprilia au-dessus de KTM au classement des constructeurs. L’Espagnol a quant à lui conclu ses activités à Jerez avec une 15e place lors du test officiel, en travaillant sur la gestion du couple moteur, la répartition du poids, la configuration du contrôle de la traction et sur une nouvelle suspension arrière au cours de ses 80 tours.

« Cette journée d’essais a été très importante pour nous. En fait, j’ai été le premier sur la piste. Nous avons travaillé sans arrêt, à la fois pour anticiper Le Mans et poursuivre le développement sur le RS-GP » a déclaré Espargaró.

« Comme toujours lors des tests, certaines solutions donnent de meilleurs résultats que d’autres. Il sera essentiel d’analyser soigneusement les données collectées pour décider de la ligne à suivre lors des prochains rounds ».

Malgré l’absence de Iannone, il restait encore deux RS-GP en piste avec Bradley Smith, pilote d’essai qui se classait 17ème sur 19 pilotes lors du Grand Prix, réalisant 82 tours. Le meilleur temps de l’Anglais, lundi, était à un quart de seconde d’Espargaró.

« Ce fut une journée plutôt chargée » a déclaré Smith. “Nous avons travaillé sur trois fronts : le pneu avant dur, que nous avons confirmé être le bon choix pour notre moto sur cette piste, la répartition du poids et certains composants que nous devions évaluer en termes de performances et de fiabilité. Ce n’est pas un processus facile. Cela prend du temps, mais nous avons une structure capable de le faire. Je pense qu’au cours des prochains mois, nous pourrons apporter des changements ciblés dans nos zones les plus faibles ».

Espargaró est le meilleur pilote Aprilia avec une douzième au classement provisoire du championnat du monde, malgré un abandon à Austin.



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini