C’est entendu, Brad Binder sera pénalisé de sa bévue en Aragón dans le premier tour du Grand Prix de Teruel !

Le Sud-Africain a donc été condamné à une pénalité de « long lap » par le Collège des Commissaires FIM MotoGP pour « conduite irresponsable » et devra purger sa peine le 8 novembre sur le Circuit de Valence.

Il a réduit à néant la course de Jack Miller en fauchant sa roue arrière et envoyant l’Australien au sol.

L’officiel KTM est penaud et plaide coupable : « J’ai pris le deuxième virage comme s’il s’agissait d’un tour normal. Je ne m’attendais pas à ce que beaucoup d’autres viennent de l’extérieur et que cela s’accumule. Cela été le début de la fin : Une autre grosse erreur de ma part. Cela m’est arrivé pour la deuxième fois cette année et cela m’ennuie. Mais que puis-je faire ? Je ne peux que m’excuser auprès de Jack et de l’équipe Pramac. »

L’intéressé, qui pouvait encore espérer se battre pour le championnat, se remémore les bourdes qu’il a commises dans le passé et se montre assez fataliste.

Sur son site, il s’est longuement exprimé sur l’incident du virage #2 : « Salut à tous. C’était court, n’est-ce pas? Je veux dire, c’est difficile de dire grand-chose quand ta course dure neuf secondes… J’ai pris un bon départ, passé environ trois types dans le virage 1, puis la chose suivante que je sais, c’est que j’étais au sol au virage 2. »
« C’est arrivé très vite, j’étais sur les gaz, puis j’étais par terre après avoir reçu un coup par derrière. J’ai levé les yeux et j’ai vu que c’était Brad (Binder), qui est un gars que j’aime bien, et j’ai juste levé les mains. “C’est quoi ça, putain, Brad ?”. Mais, vous savez, cela arrive. Il a dit que cela s’était passé si vite pour lui que la première fois qu’il en a eu connaissance, c’était lorsque nous étions allongés dans le gravier, alors qu’il était à peu près aussi surpris que moi. »
« Ce n’était pas comme s’il avait voulu le faire exprès, et croyez-moi, nous avons tous été dans ce cas. Aujourd’hui, c’était son tour. Personne n’est fautif, c’est juste comme ça que la course se passe parfois. Parfois, vous êtes touché, parfois vous êtes celui qui le fait à quelqu’un d’autre. Je serais probablement plus énervé si j’avais fait un excellent résultat, mais quand vous vous qualifiez 14e comme moi, c’est ce qui peut arriver dans les premiers virages. C’était aussi un bon vieux coup, et je suis assez soulagé de me sentir bien maintenant, parce que les épaules et les genoux ont trinqué et que la selle a été globalement détruite, donc j’étais plutôt heureux de pouvoir marcher. Et ce n’était pas comme si j’aurais pu faire un résultat incroyable, basé sur la façon dont les choses s’étaient déroulées tout le weekend. »

Un bon gars ce Jack Miller, compréhensif et impartial bien que victime innocente. Un bon gars aussi que ce Brad Binder, qui reconnaît ses torts et s’excuse. Un incident de course dans toute sa splendeur, partie intégrante de la compétition. Dans ces conditions, il n’est pas certain qu’une pénalité apporte grand-chose…

 





Tous les articles sur les Pilotes : Brad Binder, Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac, KTM MotoGP